Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Rancart et rancard

 

Rancard et rancart sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Le nom rancart est employé principalement dans la locution mettre au rancart, ou sa variante jeter au rancart, qui signifie « jeter, mettre au rebut, abandonner ». On peut employer cette expression au sens propre ou au sens figuré. Bien qu’elle soit marquée comme familière dans de nombreux dictionnaires français, l’emploi qui en est fait, à tout le moins au Québec, relève le plus souvent d’un style neutre, non familier.

 

Exemples :

 

- Tous ces vieux meubles sont-ils à mettre au rancart?

- Les manuels scolaires qui avaient servi jusque-là ont été mis au rancart.

- La mise au rancart du projet d’agrandissement a beaucoup déçu les architectes.

 

 

Quant au mot rancard, aussi écrit rencard, rencart ou même parfois rancart, il est employé dans la langue familière ou argotique, avec deux sens particuliers : celui de « rendez-vous » ou celui de « renseignement ». On dira par exemple, avec le sens de « rendez-vous », avoir (un) rancard avec quelqu’un, donner un rancard à quelqu’un, être au rancard; et avec le sens de « renseignement », filer un rancard, donner un rancard, aller aux rancards.

 

Exemples :

 

- Il lui avait donné un rancard à 3 h, devant le restaurant.

- Elle attend encore que son collègue lui propose un rancard.

- Pour lui filer un rancard, la secrétaire lui avait écrit un message codé.

- Le courtier m’a donné un précieux rancard sur l’opération de rachat d’actions.

 

Qu’il s’agisse de l’un ou l’autre sens de rancard, certains dictionnaires précisent que le renseignement ou le rendez-vous sont confidentiels. Il y a d’ailleurs peut-être un lien historique entre ces deux sens de rancard : dans les contextes d’enquêtes, de délits ou d’espionnage, les rendez-vous servent notamment à échanger des renseignements.

 

 

Le nom rancard a produit le verbe rancarder, aussi écrit rencarder, qui peut signifier « fixer un rendez-vous » ou « renseigner ». Ce verbe s’emploie aussi à la forme pronominale, se rancarder ou se rencarder, avec le sens de « se renseigner ».



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles