Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Tôle et taule

 

Les noms tôle et taule partagent quelques acceptions en raison de leur origine en partie commune; les deux seraient des formes dialectales de table.

 

On emploie indifféremment taule ou la variante orthographique tôle au sens argotique de « prison » ou « cellule de prison ». D’autres sens familiers, moins courants au Québec, sont également associés à taule ou tôle : ceux de « chambre, maison » et de « lieu de travail, entreprise ».

 

Exemples :

 

- Ses petites opérations de falsification lui ont valu deux ans de taule (ou : de tôle).

- Seule dans sa taule (ou : tôle), elle a eu tout le temps de réfléchir à son geste.

- Qui voudrait vivre là-dedans? Cette taule (ou : tôle) est dans un état lamentable!

- Marc travaille dans une petite taule (ou : tôle) de réparation de voiliers.

 

 

Outre ces acceptions de registre argotique ou familier, la forme tôle possède en propre d’autres sens plus neutres. Le mot tôle désigne une feuille de fer ou d’acier ou, par extension, d’un autre métal, obtenue par laminage. Et dans le vocabulaire du ski, certains emploient tôle pour parler d’une neige durcie.

 

Exemples :

 

- Les toits en tôle à baguettes sont très durables.

- Le bâtiment est recouvert de tôle ondulée.

- Ils ont utilisé de la tôle d’aluminium pour fabriquer les canettes.

- Quelques centimètres de neige poudreuse sur une tôle bien dure, ce n’était pas idéal.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles