Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Dessin et dessein

 

Les noms dessin et dessein, aujourd’hui de sens différents, ont une même étymologie. En effet, le verbe dessiner (anciennement desseigner, dessigner) a longtemps eu en français la double signification de « projeter » et de « tracer les contours de ». Issu de ce verbe, le nom dessein a quant à lui signifié à la fois « projet » et « représentation graphique ». Mais depuis la fin du XVIIIe siècle, dessin et dessein ne sont plus de simples variantes orthographiques du même mot. Tout au plus peut-on dire qu’aujourd’hui, en un certain sens, le dessin est d’abord un dessein, c’est-à-dire un projet de l’esprit qui se traduit par une œuvre matérielle.

 

Aujourd’hui, le nom dessin désigne le plus souvent l’art de représenter des objets, des figures, etc., par un moyen graphique, ou encore le résultat de cet art. On emploie aussi dessin avec le sens de « contour, ligne » et, par extension, avec le sens de « configuration d’ensemble ». Par ailleurs, l’expression faire un dessin à quelqu’un signifie « lui expliquer clairement ».

 

Exemples :

 

- Il a appris l’essentiel de son art avec un grand maître du dessin et de la calligraphie.

- Jasmine m’a donné un de ses magnifiques dessins.

- L’homme était fasciné par le dessin de ce visage pur.

- Tu ne comprends donc pas? Il faut te faire un dessin?

 

 

Quant au nom dessein, de registre soutenu, il signifie « intention, projet ». Il figure dans quelques locutions telles que à dessein « exprès, intentionnellement », dans le dessein de « en vue de », avoir dessein de « projeter de », avoir des desseins sur quelqu’un ou quelque chose « former des projets concernant qqn ou qqch. », sans dessein « sans intention précise ». Au Canada, sans-dessein est employé comme nom ou comme adjectif pour parler d’une personne peu intelligente.

 

Exemples :

 

- La politique fut pour lui un moyen d’accomplir un grand dessein, l’unification du pays.

- C’est à dessein qu’elle a laissé tomber ses clés dans la neige.

- Il faut être bien naïf pour croire qu’il se rend là-bas sans dessein.

- Ils se sont enrôlés dans le dessein de libérer la ville assiégée.

 

 

Enfin, notons que dessein est souvent usité au pluriel, soit pour marquer simplement la pluralité, soit avec une intention rhétorique ou poétique particulière. Au pluriel, desseins peut impliquer une pluralité non seulement d’intentions mais aussi de combinaisons de l’esprit conçues pour atteindre un but.

 

Exemples :

 

- Notre mère a de hauts desseins sur vous : elle veut vous confier la présidence.

- Qui saura deviner les impénétrables desseins de ce mystérieux personnage?

- Ces vastes desseins démocratiques se réaliseront lorsque tous et toutes embrasseront la cause de la liberté.

- Méfiez-vous, il nourrit de noirs desseins à votre sujet!

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : décembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles