Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Accents, tréma et cédille > Cédille et tréma



Le tréma

 

Le tréma est un signe constitué de deux points qu'on met au-dessus d'une voyelle afin de préciser la prononciation d'un mot. On l'emploie sur la voyelle i et, plus rarement, sur les voyelles u et e.

 

En français, le tréma signifie que deux voyelles qui se suivent se prononcent séparément, l'une après l'autre. Ainsi, lorsque les lettres ai se suivent et qu'il y a un tréma sur le i, ces lettres doivent être prononcées séparément. On prononcera donc maïs [mais], (ma-is) en séparant les deux voyelles, et non avec un è (comme dans mais) ou avec un é (comme dans mai). Lorsque le ï est suivi d’une voyelle, toutefois, se prononce [aj] comme dans aïeul [aj4l].

 

Exemples :

 

- Ses résultats sont bons, mais ses méthodes sont archaïques.

- Patricia aime beaucoup l'art naïf.

- Ginette a reçu un bouquet de glaïeuls pour la fête des Mères.

 

 

Il en va de même des lettres , qui ne se prononcent pas [wa] (ou-a) comme dans loi. Lorsque est suivi d'une consonne, le ï se prononce comme la voyelle i; on prononcera donc stoïque [stOik] (sto-ik). Lorsque le ï est suivi d'une voyelle, le se prononce [Oj] comme dans coyote [kOjOt]. Le tréma sur le i permet aussi de séparer le o des lettres in dans le nom coïncidence et ses dérivés.

 

Exemples :

 

- Jérôme est trop égoïste pour prêter un disque à l'un de ses collègues.

- Tu te souviens de ce film de science-fiction avec des androïdes?

- Romain est un peu paranoïaque.

- Par une heureuse coïncidence, Martin et moi avons dîné au même restaurant, ce midi.

 

 

Le tréma sur le u est très rare, mais il permet de séparer les lettres a et u de façon qu'elles se prononcent séparément, et non comme la lettre o.

 

Exemple :

 

- Cet endroit est un véritable capharnaüm.

 

 

Le tréma sur le e est rare, lui aussi, principalement parce que la prononciation de cette lettre peut être précisée par un accent aigu, grave ou circonflexe. On emploie tout de même le tréma sur le e dans quelques mots, surtout lorsque cette voyelle est précédée d'un a ou d'un o, afin de distinguer la suite ae ou oe des lettres doubles æ et œ.

 

Exemples :

 

- Sa sœur a réalisé un reportage en Israël l'an dernier.

- Tout devrait aller mieux après Noël.

 

 

Le tréma est également employé dans quelques autres contextes, notamment dans ouïe et inouï, où il n'a pas vraiment de fonction phonétique. On le trouve aussi parfois soit sur le u dans la suite de lettres -gu-, soit sur la voyelle suivant immédiatement cette suite. Pour en savoir davantage à ce sujet, vous pouvez consulter l'article Le tréma et les lettres -gu-.

 

 

Pour pouvoir visualiser la transcription en alphabet phonétique international (API), qui apparaît entre crochets, vous devez avoir la police de caractères API TLFQ. Vous pouvez la télécharger sur notre site en cliquant ici. Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles