Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Oh, ho ou ô

 

Les interjections oh, ho et ô sont parfois interchangeables lorsqu’il s’agit d’exprimer des sentiments tels que l’étonnement ou l’indignation. Dans d’autres contextes, les différences sont très ténues, particulièrement entre oh et ho. Cela dit, chacune des trois interjections possède tout de même certaines valeurs propres.

 

Ho! et oh! sont suivies d’un point d’exclamation, sauf dans des expressions comme oh là là! et oh là! où le point apparaît à la fin de l’expression. Si l’interjection est répétée, on peut ne placer le point d’exclamation qu’après la dernière occurrence et séparer les autres par une virgule, ou alors faire suivre chaque interjection du point d’exclamation. Après le point d'exclamation, on emploie la majuscule si on considère que ce signe de ponctuation marque la fin de la phrase; sinon, on emploie la minuscule.

 

L’interjection oh est utilisée pour interpeller et pour exprimer des émotions telles que la surprise, l’indignation, l’admiration. On l’emploie en outre pour renforcer le ou les mots qui la suivent.

 

Exemples :

 

- Oh là! Il est interdit d’entrer dans ce laboratoire.

- Oh, oh! je sens que la chance va nous sourire!

- Il poussait des oh! et des ah! d’admiration devant les chars allégoriques.

- Oh! ce n’est rien, ne vous en faites pas.

 

 

Moins courant et moins polysémique, ho est employé pour interpeller ou encore, plus rarement, pour exprimer la surprise, l’indignation. Notons également les Ho! Ho! Ho! qui servent à transcrire le rire, notamment celui du père Noël.

 

Exemples :

 

- Ho! Viens par ici, mon petit!

- Ho! quel hasard!

- Ho! Ho! Ho! Mes lutins ont travaillé très fort cette année.

 

 

Quant à l’homophone ô, appelé parfois ô vocatif, il s’emploie dans des contextes littéraires ou emphatiques, sauf dans l’emploi à valeur ironique ô combien. Cette interjection sert à introduire des invocations, à interpeller ou à exprimer poétiquement un sentiment intense. Contrairement aux interjections ho et oh, elle n’est jamais immédiatement suivie d’un point d’exclamation.

 

Exemples :

 

- Ô mon Dieu!

- Ô Muse! Que m’importe ou la mort ou la vie? (Alfred de Musset) 

- Ô joie! Elle attend un enfant!

- Tu n’as pas d’aide pour accomplir cette tâche ô combien gratifiante?

 

 

 

Pour en savoir davantage sur la ponctuation à utiliser avec les interjections, vous pouvez consulter l’article Point d’exclamation et interjection.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles