Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes intégraux



Versus

 

L’usage de la préposition versus est relativement récent en français où on ne l’atteste que depuis les années 1960. Elle y est venue par l’anglais qui l’avait empruntée au latin dès le XVe siècle.

 

Versus connaît plusieurs sens en anglais, mais seul son emploi dans le domaine de la linguistique pour signifier une opposition binaire du type inanimé vs animé ou masculin vs féminin est généralement admis dans les ouvrages de référence français. La préposition est par ailleurs presque toujours notée sous sa forme abrégée vs (sans point). D’autres emplois de versus sont passés dans l’usage des francophones, et surtout des Québécois, mais comme plusieurs équivalents français sont disponibles, cet emprunt se révèle superflu et il est préférable de lui substituer des mots (ou des expressions) bien français.

 

Ainsi, en contexte sportif, vs peut se rendre en français par contre ou simplement par un trait d’union (la partie Montréal-Boston) ou encore en ayant recours à des verbes comme rencontrer, s’opposer, mettre aux prises ou s’affronter. Dans la langue juridique, l’anglais versus, ou ses abréviations v. ou vs., se traduit par contre, ou son abréviation c.; ainsi, on écrira : dans l’affaire Tremblay contre (ou c.) Dubois. Dans un contexte financier ou statistique, on pourra remplacer versus par : contre, au lieu de, par rapport à, comparé à, comparativement à ou en comparaison de (les revenus de 2006 comparés à ceux de 2005).

 

Enfin, pour exprimer une alternative ou une opposition entre deux notions, on peut trouver en français, selon le contexte, de multiples ressources pour éviter versus, telles que par opposition à, opposé à, contrairement à ou simplement ou (subventions ou financement privé, la force opposée à l’agilité, l’opposition ville-banlieue, etc.).

 

Exemples :

 

- La hausse des profits s’explique par la fluctuation du dollar canadien versus le dollar américain.

- Le test de performance porte sur deux types de voitures : diésel versus hybride.

- Les parties Montréal vs Québec attirent toujours des foules records.

- On a déploré 500 morts sur les routes cette année versus 450 l’année dernière.

- Le rapport évalue la part relative des déplacements en transport en commun versus ceux qui sont effectués en voiture.

- Plus de femmes que d’hommes (25 % vs 18 %) ont des revenus de moins de 25 000 $.

- École publique vs école privée : le débat est ouvert.

 

On dira plutôt :

 

- La hausse des profits s’explique par la fluctuation du dollar canadien par rapport au dollar américain.

- Le test de performance porte sur deux types de voitures : diésel et hybride.

- Les parties mettant aux prises Montréal et Québec attirent toujours des foules records. (ou opposant les équipes de…, ou Montréal-Québec)

- On a déploré 500 morts sur les routes cette année comparativement à 450 l’année dernière.

- Le rapport évalue la part relative des déplacements en transport en commun par rapport à ceux qui sont effectués en voiture.

- Plus de femmes que d’hommes (25 % contre 18 %) ont des revenus de moins de 25 000 $.

- École publique ou école privée : le débat est ouvert.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles