Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes phraséologiques



Signer un joueur

 

Dans le domaine du sport, le verbe signer est parfois employé de manière erronée au sens de recruter. En effet, on peut signer un contrat avec une personne, par exemple un joueur, un entraîneur, mais on ne peut pas en revanche signer quelqu’un. Cette construction fautive est à remplacer par les formulations suivantes : engager, recruter, embaucher un joueur, signer ou passer un contrat avec qqn ou une équipe, signer un contrat en faveur d’une équipe, faire signer (un contrat à) qqn, admettre qqn dans une équipe, renouveler le contrat de qqn.

 

Exemples fautifs :

 

- D’où vient l’idée de signer un joueur qui prendra sa retraite dans quelques mois?

- Jamais les Lionnes n’avaient signé une joueuse aussi jeune.

- Pour signer un entraîneur, il faut d’abord joindre son agent.

- L’Étoile a signé le célèbre athlète russe.

- Il a été signé pour trois ans.

 

On dira plutôt :

 

- D’où vient l’idée d’embaucher un joueur qui prendra sa retraite dans quelques mois?

- Jamais les Lionnes n’avaient fait signer une joueuse aussi jeune.

- Pour recruter (ou passer un contrat avec) un entraîneur, il faut d’abord joindre son agent.

- Le célèbre athlète russe a signé un contrat en faveur de l’Étoile.

- Il a été engagé pour trois ans.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles