Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
L'adverbe



Pis

 

Pis vient du latin pejus, neutre de pejor, qui signifie « pire ». Ses emplois sont donc très proches de ceux du mot pire : les deux peuvent être employés indifféremment comme nom ou comme adjectif neutre, mais pis est le seul qui peut être utilisé comme adverbe et qui ne se joint jamais à un nom comme adjectif épithète. Cependant, d'une façon générale, l'emploi de pis est plus rare et est considéré comme vieilli ou littéraire.

 

Pis, qui s’oppose à mieux, signifie en général « plus mal ». Il peut avoir la valeur de comparatif de supériorité de mal, principalement employé comme adverbe, parfois comme nom ou adjectif neutre; autrement, il est utilisé comme superlatif. Dans la langue courante, il est souvent remplacé par plus mal dans son emploi adverbial, ou par pire dans ses emplois adjectivaux ou nominaux.

 

Exemples :

 

- Il va plus mal que jamais. (ou pis, dans un style littéraire)

- Dis-toi qu'il y a pire encore que de perdre son sang-froid comme tu l'as fait. (ou pis, dans un style littéraire)

- C'est pire que tu ne l'imagines. (ou pis, dans un style littéraire)

- C'était bien le pire qui puisse t'arriver! (ou le pis, dans un style littéraire)

 

 

Aujourd'hui, pis subsiste principalement dans certaines locutions figées, comme aller de mal en pis ou aller de pis en pis « aller de plus en plus mal, s'empirer », qui pis est « ce qui est plus grave », dire pis que pendre de quelqu'un « divulguer sur lui les pires médisances », tant pis « c'est dommage », au pis aller, locution adverbiale qui signifie « dans le pire des cas », et dans le nom invariable pis-aller « solution ou personne à laquelle on a recours, faute de mieux » (contrairement à la locution, le nom pis-aller s'écrit avec un trait d'union). On doit éviter d'utiliser les tournures fautives au pire aller et un pire-aller, au lieu de au pis aller et un pis-aller, car dans ces expressions pis et pire ne sont pas interchangeables, puisque pis y est employé comme adverbe.

 

Exemples :

 

- Tant pis pour lui! Il n'avait qu'à arriver à temps.

- Je m'inquiète pour Sophie, elle semble aller de mal en pis.

Au pis aller, nous ne nous verrons que la semaine prochaine. (et non au pire aller)

- Ce remplaçant a été engagé comme pis-aller. (et non pire-aller)

 

 

Pour en savoir davantage sur les différents emplois de pire, vous pouvez consulter l'article Pire.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : décembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles