Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes intégraux



Trip

 

L’emprunt intégral à l’anglais trip « voyage » est parfois employé, surtout dans la langue familière, avec le sens de « voyage hallucinatoire » ou d’« expérience exaltante ». Cet emprunt n’est pas nécessaire en français, car il existe déjà une panoplie de termes propres à exprimer précisément les diverses nuances de sens associées à ce mot.

 

Si l’on parle de l’état hallucinatoire dû à la consommation d’une drogue, le mot trip est à remplacer par son équivalent littéral voyage ou par hallucination. Lorsqu’il est plutôt question d’une expérience exaltante ou passionnante, on utilisera des noms tels que rêve, passion, expérience, aventure, plaisir, ivresse, engouement, griserie, selon le contexte. Bien sûr, il est également possible de reformuler la phrase et d’employer des verbes comme fasciner, attirer, captiver, pour rendre la même idée.

 

Exemples fautifs :

 

- Il ne consomme plus de drogue depuis qu’il a fait un bad trip de LSD.

- Partir en moto, découvrir de nouveaux paysages, c’est tout un trip!

- Construire sa propre maison, quel beau trip!

- La carrière de gestionnaire, ce n’est pas mon trip.

- Elle est en plein trip de pouvoir.

- Son roman, ce n’est rien d’autre qu’un trip d’ego.

 

On dira plutôt :

 

- Il ne consomme plus de drogue depuis qu’il a fait un mauvais voyage de LSD.

- Partir en moto, découvrir de nouveaux paysages, c’est toute une aventure!

- Construire sa propre maison, quel beau rêve! (ou quelle belle expérience!)

- La carrière de gestionnaire, ça ne m’attire pas. (ou ça ne me plaît pas)

- Elle est fascinée par le pouvoir. (ou Elle cherche l’ivresse du pouvoir.)

- Son roman, ce n’est rien d’autre que l’expression de sa vanité personnelle. (ou l’expression de son égocentrisme)

 

 

De même, le verbe tripper peut être remplacé par divers verbes ou locutions : voyager, halluciner, exulter, se passionner pour, s’emballer pour, rêver, être accro à (fam.), être fana de (fam.), être fou de, être fasciné, être captivé par, ne vivre que pour, s’enticher de, se pâmer, s’extasier sur, s’éclater (fam.) ou encore se défoncer (fam.), etc. Quant à l’adjectif trippant, on peut lui substituer des adjectifs français tels que exaltant, passionnant, excitant, amusant, emballant, captivant, prenant, très intéressant, fascinant, planant (fam.).

 

Exemples fautifs :

 

- Quand j’ai reçu ma lettre de la Sorbonne, je trippais.

- Ce qui le fait le plus tripper, c’est la musique.

- Lui, il trippe sur la mode.

- Il n’y a pas de quoi tripper, franchement.

- Cette artiste le fait tripper.

- Notre équipe s’est lancée dans un projet vraiment trippant.

 

On dira plutôt :

 

- Quand j’ai reçu ma lettre de la Sorbonne, j’exultais.

- Ce qui le passionne le plus, c’est la musique.

- Lui, c’est un accro de la mode. (ou il ne vit que pour la mode)

- Il n’y a pas de quoi s’extasier, franchement.

- Il est en admiration devant cette artiste. (ou, langue familière : Cette artiste l’allume.)

- Notre équipe s’est lancée dans un projet vraiment emballant.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles