Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes morphologiques



Lutte à finir

 

L’expression une lutte à finir, courante au Québec, est calquée sur l’anglais a fight to finish. On trouve également en anglais la variante, plus courante, a fight to the finish.

 

Ce calque entraîne le plus souvent un contresens, car de la même façon qu’un travail à faire est un travail qu’il faut faire, une lutte à finir est une lutte qu’il faut finir. On pourrait dire, par exemple, que telle lutte qui fait rage entre deux peuples est une lutte à finir, c’est-à-dire qu’il faut y mettre un terme le plus vite possible. Or, lorsqu’on emploie l’expression lutte à finir, on souhaite habituellement exprimer le contraire, c’est-à-dire parler d’une lutte sans trêve et sans merci, qu’on mènera jusqu’au bout, jusqu’à l’obtention d’une victoire totale et décisive.

 

Selon le contexte et les nuances de sens voulues, il faudrait parler plutôt d’une lutte acharnée, implacable, impitoyable, menée jusqu’au bout, sans merci, sans pitié, sans trêve ou encore d’une lutte à mort. Dans le domaine du sport, on dispose d’expressions comme chaude lutte, partie serrée, combat décisif.

 

Le même raisonnement s’applique aux expressions similaires : combat à finir, guerre à finir, bataille à finir, qu’on pourra remplacer par combat sans pitié, combat à outrance, guerre des nerfs, guerre d’usure, guerre à outrance, bataille sans trêve, ou par l’un des équivalents mentionnés ci-dessus.

 

Exemples fautifs :

 

- L’association encourage ses membres à prendre parti dans la lutte à finir qui fait rage autour des brevets sur les logiciels.

- Entre les deux forces une lutte à finir se dessine; elle sera longue et féroce.

- Elle s’est engagée dans un combat à finir contre cette injustice.

- De tels échanges acrimonieux donnent à penser qu’une guerre à finir oppose les deux ministres depuis belle lurette.

- Ce fut un combat à finir pour le champion des poids lourds.

 

On dira plutôt :

 

- L’association encourage ses membres à prendre parti dans la lutte acharnée qui fait rage autour des brevets sur les logiciels.

- Entre les deux forces une lutte impitoyable se dessine; elle sera longue et féroce.

- Elle s’est battue jusqu’au bout contre cette injustice.

- De tels échanges acrimonieux donnent à penser qu’une guerre sans merci oppose les deux ministres depuis belle lurette.

- Ce fut un combat décisif pour le champion des poids lourds.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles