Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes sémantiques



Couper

 

Outre ses nombreux sens propres, le verbe français couper est employé dans plusieurs locutions imagées telles que couper l’herbe sous le pied à quelqu’un, dont le sens est « le frustrer de quelque chose en le devançant », couper la parole à quelqu’un « l’interrompre », couper les jambes « causer une grande fatigue », couper les cheveux en quatre « se perdre dans des subtilités exagérées », couper dans le vif « prendre des mesures radicales pour régler un problème » et couper court à quelque chose « l’interrompre brusquement ».

 

D’autres expressions formées avec le verbe couper sont empruntées à l’anglais et gagnent à être remplacées par des équivalents plus idiomatiques ou mieux construits sur le plan syntaxique. C’est le cas notamment de la locution couper les dépenses (to cut expenses), employée à la place de réduire ou comprimer les dépenses, baisser les charges ou, si l’on tient au verbe couper, couper dans les dépenses. C’est aussi le cas de couper des postes ou, plus sadique encore, couper le personnel (!), que l’on peut remplacer par supprimer des postes, réduire les effectifs.

 

D’autres expressions plus imagées sont également disponibles, selon le contexte et le sens désiré : procéder à des coupes claires (dans un budget, par exemple), sabrer le budget, rogner les salaires, rogner sur les dépenses, dégraisser les effectifs, couper les vivres, casser les prix, limer les prix, etc.

 

 

Exemples fautifs :

 

- En période de récession, la tendance est de couper les dépenses.

- Le ministère s’était pourtant engagé à ne pas couper les subventions à cet organisme.

- En riposte à la forte concurrence, on a choisi de couper les prix.

- La compagnie entend couper des postes parmi le personnel non syndiqué.

 

On dira plutôt :

 

- En période de récession, la tendance est de comprimer les dépenses.

- Le ministère s’était pourtant engagé à ne pas couper les vivres à cet organisme.

- En riposte à la forte concurrence, on a choisi de réduire les prix. (ou de casser les prix)

- La compagnie entend supprimer des postes parmi le personnel non syndiqué.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Coupure.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles