Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes morphologiques



Nominer, nominé et nomination

 

Le nom nomination, le verbe nominer de même que nominé, employé comme adjectif ou nom, sont souvent utilisés en parlant de la présélection officielle de candidats ou d’œuvres en vue d’un prix ou d’une récompense, notamment dans le domaine artistique. Dans ce contexte, leur emploi résulte d’une influence de l’anglais nomination, to nominate et nominee.

 

En français, nomination, outre le sens d’« action de nommer quelqu’un à un poste », connaît aussi un autre sens, peu connu au Québec, qui est celui de « mention »; il désigne alors une distinction, après les prix et les accessits, dans les concours. Il s’agit donc dans ce cas d’une récompense en soi et non du fait d’être sélectionné parmi les candidats à un prix, sens que possède l’anglais nomination. C’est probablement la proximité des sens français et anglais qui explique que l’emploi de nomination dans ce dernier sens ait pu être aussi facilement admis dans l’usage français; cette acception de nomination n’est pas critiquée.

 

La locution en nomination, qui se trouve notamment dans les expressions mettre en nomination « sélectionner » ou être en nomination « être sélectionné », est largement répandue au Québec. Elle est acceptable dans la mesure où nomination est admis dans l’usage, dans le même contexte. De plus, en nomination ressemble à en lice et à en compétition.

 

Exemples :

 

- Cet humoriste a obtenu deux nominations pour son dernier spectacle.

- Ce réalisateur a eu huit nominations dans sa carrière sans jamais se voir décerner un oscar.

- L’actrice a été mise en nomination pour son jeu tout en nuances dans son dernier film.

 

Quant aux formes nominer et nominé, en dépit du fait qu’elles soient attestées depuis plus de 25 ans, elles restent critiquées, sans doute parce qu’elles n’existaient pas déjà en français, contrairement à nomination. La plupart des ouvrages de référence les consignent avec la marque « critiqué » et proposent de leur préférer le verbe sélectionner ou son participe sélectionné. On constate, du reste, depuis quelques années, le recul de nominé au profit d’équivalents qui ne sont pas contestés : sélectionné, bien sûr, mais aussi en lice, en compétition, cité, retenu, etc.

 

 Exemples :

 

- Cette année, un film québécois a été sélectionné pour l'Oscar du meilleur film étranger. (et non a été nominé)

- Les actrices en lice dans cette catégorie sont toutes excellentes. (et non les actrices nominées)

- Tous les films en compétition pour le meilleur film étranger connaîtront une grande diffusion. (et non les films nominés)

- Les acteurs cités pour le César du meilleur acteur sont attendus dans la salle de presse. (et non les nominés)

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Prix et trophées.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles