Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes intégraux



Challenger

 

Le nom challenger, que l’on trouve aussi sous les graphies francisées challengeur ou chalengeur, est un emprunt à l’anglais challenger « celui qui défie » ou encore « celui qui appelle au combat ». En français, challenger est employé pour désigner une personne qui défie le tenant d’un titre sportif ou, dans les domaines politique et économique, une personne ou une entreprise qui en affronte une autre afin de conquérir une position dominante. Cet emprunt n’est pas nécessaire dans la mesure où il existe de nombreux équivalents français pour désigner cette notion. Selon les contextes, il s’agit d’un défieur ou d’une défieuse (termes relativement récents mais bien formés), d’un rival ou d’une rivale, d’un ou d’une adversaire, d’un compétiteur ou d’une compétitrice, d’un concurrent ou d’une concurrente, d’un candidat ou d’une candidate au titre, d’un affronteur ou d’une affronteuse, d’un opposant ou d’une opposante, d’un ou d’une émule, d’un provocateur ou d’une provocatrice, d’un prétendant ou d’une prétendante, etc.

 

Exemples :

 

- À la veille du tournoi, le champion mondial et son challenger font la une du journal.

- Qui osera affronter le président du parti? On ne lui connaît aucun challengeur sérieux.

- La technologie utilisée dans cette entreprise colombienne est supérieure à celle de son chalengeur brésilien.

- Devant une telle challengeuse, Mme Després fait figure de débutante.

 

On écrira plutôt :

 

- À la veille du tournoi, le champion mondial et son défieur font la une du journal.

- Qui osera affronter le président du parti? On ne lui connaît aucun adversaire sérieux.

- La technologie utilisée dans cette entreprise colombienne est supérieure à celle de sa concurrente brésilienne.

- Devant une telle rivale, Mme Després fait figure de débutante.

 

 

Quant au verbe challenger, emprunt à l’anglais to challenge, il est généralement employé au sens de « lancer un défi », mais aussi parfois au sens de « remettre en question, contester ». Dans le monde du sport, il signifie plus particulièrement « inviter au combat, affronter le tenant d’un titre pour tenter de l’en déposséder ». On peut lui substituer des verbes ou locutions tels que défier, mettre au défi, lancer un défi, provoquer, braver, remettre en question. De même l’adjectif challenging, que l’on entend parfois en français, est à remplacer par des qualificatifs tels que exigeant, enlevant, stimulant, impératif, ambitieux, provocateur, hardi, prenant, engageant.

 

Exemples fautifs :

 

- Dès son retour, le boxeur s’est vu challenger par le numéro deux mondial.

- Cette démarche m’a permis de challenger mes choix et de préciser mon projet.

- On dit parfois que le père est plus « challenging » que la mère avec son enfant.

 

On écrira plutôt :

 

- Dès son retour, le boxeur s’est vu lancer un défi par le numéro deux mondial.

- Cette démarche m’a permis de remettre mes choix en question et de préciser mon projet.

- On dit parfois que le père, comparativement à la mère, place davantage l’enfant face à ses défis.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez aussi consulter l’article Challenge.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles