Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les conjonctions



Parce que et puisque

 

Bien que les conjonctions parce que et puisque soient interchangeables dans certains contextes, elles ne sont pas synonymes pour autant. Chacune a un sens qui lui est propre.

 

La locution conjonctive parce que répond à un pourquoi. Elle permet d’exprimer une cause, réelle ou logique, en toute objectivité; elle se distingue ainsi de car, dont la valeur est plus subjective.

 

Exemples :

 

- La voiture de Denis est au garage parce que l’alternateur ne fonctionne plus.

- Parce que Noël approche, les commerçants font des affaires en or.

 

Il ne faut pas confondre parce que et par ce que (en trois mots), qui signifie « par la chose que ».

 

Exemples :

 

- Carl était très touché par ce que tu lui as dit. (et non : Carl était très touché parce que tu lui as dit.)

- L’entreprise fut rapidement menée à la faillite par ce qu’on croyait être un excellent homme d’affaires. (et non : L’entreprise fut rapidement menée à la faillite parce qu’on croyait être un excellent homme d’affaires.)

 

Le -e final de parce que s’élide toujours devant à, elle, elles, en, il, ils, on, un et une.

 

Exemples :

 

- Annie pleure parce qu’elle vient d’apprendre qu’elle a le cancer.

- Vous devriez prendre l’autobus, parce qu’un taxi vous coûtera une fortune.

 

 

La conjonction puisque, plus subjective que parce que, permet quant à elle d’introduire une explication considérée comme évidente, déjà connue éventuellement des interlocuteurs.

 

Exemples :

 

- Puisque tu l’aimes tant, tu n’as qu’à la rejoindre!

- L’avenir de la planète est bien sombre, puisque ce gouvernement refuse de modifier ses politiques économiques.

 

Le -e final de puisque s’élide toujours devant elle, elles, en, il, ils, on, un et une, et de manière facultative devant un autre mot commençant par une voyelle ou un h muet.

 

Exemples :

 

- Elle doit se faire soigner, puisqu’elle est malade.

- Puisqu’une seule personne a voté contre, la proposition est acceptée.

- Nous refusons ce projet puisqu’actuellement (ou puisque actuellement) personne n’est disponible pour le mener à terme.

 

 

Pour en savoir plus sur l’emploi de la virgule avec la subordonnée introduite par parce que ou puisque, vous pouvez consulter l’article Virgule et complément de phrase. Pour en apprendre davantage sur les conjonctions ayant une valeur causale, vous pouvez notamment consulter l’article Car.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles