Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Eh et hé

 

Les interjections eh et sont des variantes graphiques d’une interjection d'origine onomatopéique, d'abord attestée avec la graphie e. Bien que ces deux interjections aient plusieurs emplois communs, elles diffèrent toutefois dans certains cas.

 

D'une manière générale, les interjections et eh sont utilisées pour interpeller quelqu'un ou pour exprimer une émotion. Elles sont généralement placées en début de phrase où elles donnent le ton à ce qui suit, présentant un degré d'intensité plus élevé que eh. De plus, la graphie est généralement moins fréquente et plus familière que eh.

 

Pour ce qui est de la ponctuation à utiliser avec ces interjections, on doit les faire suivre d'un point d'exclamation lorsqu'elles forment une sous-phrase à l'intérieur d'une autre phrase, sinon elles peuvent être suivies d'une virgule. Lorsque l'interjection forme une phrase complète, le mot qui suit le point d'exclamation doit commencer par une majuscule; si elle ne forme pas une phrase complète, le mot qui suit prend une minuscule initiale.

 

Eh et sont toutes les deux utilisées pour interpeller quelqu'un ou attirer son attention; pour marquer une émotion, comme la surprise, l'admiration ou une indignation; ou enfin, pour renforcer le mot ou le groupe de mots qu'elles précèdent.

 

Exemples :

 

Eh! pourriez-vous baisser le ton s'il vous plaît!

! Pierre, viens ici!

Eh! Tu t'es bien débrouillée!

! Que font-ils là?

- Ils se sont quittés! Eh oui!

non! La Terre n'arrêtera pas de tourner!

 

 

Lorsqu'elle est répétée, l’interjection eh introduit un sous-entendu généralement ironique ou un rire. Mais on emploie plus souvent l’interjection dans ce cas, pour exprimer de façon familière ou plaisante, selon le ton, des nuances d'approbation ou d'ironie.

 

Exemples :

 

Hé, hé, je vais y penser. (ou Eh, eh)

Hé! Hé! Ça aurait pu être pire! (ou Eh! Eh!)

 

 

La locution interjective eh bien marque principalement une interrogation, une réponse, une information ou une émotion. Elle s'écrit uniquement avec l'interjection eh, la variante hé bien étant aujourd'hui vieillie. Employée en début de phrase, eh bien est suivie d'une virgule; employée seule ou en fin de phrase, elle est suivie d'un point d'exclamation ou d'interrogation. On doit éviter l'erreur fréquente d'écrire et bien, avec la conjonction et, à la place de la locution eh bien. Il en est de même pour eh quoi, qui, lorsqu’elle est utilisée comme locution interjective, ne doit pas s'écrire avec la conjonction et. Évidemment, il est possible d'employer et bien et et quoi là où l'emploi de la conjonction et est requise, par exemple avec les locutions conjonctives bien que et quoi que.

 

Exemples :

 

Eh bien, je vous souhaite de passer une agréable soirée! (et non : hé bien ou et bien)

Oui, eh bien? (et non : hé bien ou et bien)

- Je viens d'acheter un chiot et, bien qu'il soit désobéissant, je le trouve absolument adorable! (et non : eh bien ou hé bien)

Eh quoi? Vous ne vous en doutiez pas? (ou Hé quoi mais non : et quoi)

- J'ai quitté mon emploi et, quoi que vous en pensiez, je devais le faire. (et non : eh quoi ou hé quoi)

 

 

Pour en savoir davantage sur la ponctuation à utiliser avec les interjections, vous pouvez consulter les articles Point d'exclamation : généralités, Point d'exclamation et interjection et Virgule : emplois divers.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles