Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le nom > Pluriel des noms > Noms dans les expressions figées



Être aux prises

 

Le nom prise s'emploie dans plusieurs locutions figées dans lesquelles il s'écrit soit au singulier, soit au pluriel.

 

On l'utilise au pluriel dans la locution être aux prises, construite avec la préposition avec (être aux prises avec). La locution signifie concrètement « se battre avec », surtout en parlant de personnes, et « lutter contre », au figuré. Prise apparaît également au pluriel dans la locution mettre aux prises, employée au sens de « faire s’affronter ».

 

Exemples :

 

- Cette population est aux prises avec un terrible virus inconnu des chercheurs.

- Le conflit met aux prises la population locale et des groupes de rebelles.

 

 

Prise est toutefois au singulier dans la plupart des autres locutions verbales dont il fait partie. On le trouve notamment dans l'expression avoir, trouver prise sur, qui signifie « avoir une prise sur », ou au figuré « avoir un moyen d’agir sur »; dans lâcher prise, au sens d'« arrêter de tenir » ou, au figuré, « abandonner, renoncer à quelque chose », en parlant surtout de tâches, de travail; et dans donner prise à, dont la signification est « s'exposer à ». Dans toutes ces locutions, le nom est au singulier et il n’est pas précédé d’un article, ce qui lui donne un sens plus général, plus abstrait.

 

Exemples :

 

- Cette mère a l'impression qu'elle n'a aucune prise sur son adolescent.

- Ne lâche pas prise, sinon je vais tomber!

- Tu devrais lâcher prise. L’épuisement professionnel te guette.

- Cet artiste excentrique donne prise à des critiques provenant de tous les médias.

 

La locution être en prise directe, utilisée au sens d’« être en relation directe avec quelqu'un ou quelque chose », est relevée par la plupart des dictionnaires, parfois avec une marque de familiarité; dans la langue soutenue, on pourra la remplacer selon les contextes par en relation directe, en étroite relation, etc. 

 

Exemples :

 

- Ce film est en prise directe avec la réalité de ce pays.

- Le thème de ce colloque est en prise directe avec les problèmes économiques actuels.

 

 

Prise figure également dans plusieurs expressions nominales où il est suivi d'une préposition et d'un complément déterminatif. On le trouve entre autres avec la préposition de dans prise de conscience, prise de position, prise d'armes, prise d'eau, prise de sang, prise de vue(s) et prise de bec, employé au sens figuré de « dispute ». D'autres expressions sont formées avec la préposition en, comme prise en charge, ou avec la préposition à, comme prise à partie. Dans ces expressions, prise prend la marque du pluriel au besoin, alors que son complément déterminatif demeure au singulier, sauf dans les cas où le complément est toujours au pluriel (ex. : une prise d'armes, des prises d'armes).

 

Exemples :

 

- La prise de position du premier ministre fut très inattendue.

- J'ai assisté malgré moi à une violente prise de bec entre mes voisins.

- Les prises de sang l'effraient à un point tel qu'il en fait des cauchemars.

- Ce tribunal a subi plusieurs prises à partie au cours des dernières années.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles