Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les pronoms > Pronoms personnels



Se

 

Se est le pronom personnel réfléchi de la troisième personne du singulier et du pluriel. Il ne s’emploie qu’à la voix pronominale, et ce, aussi bien pour un sujet féminin que masculin.

 

Le pronom se doit obligatoirement représenter un sujet de troisième personne, qu’il s’agisse d’un nom ou d’un pronom (il, elle, on, ils, elles, chacun, tout le monde, etc.). On doit éviter de l'employer pour représenter un sujet de première ou de deuxième personne, comme on le fait souvent dans la langue populaire devant un verbe à l'infinitif ou un participe présent; on emploiera plutôt, dans ce cas, me ou nous à la première personne et te ou vous à la deuxième personne.

 

Exemples :

 

- Martin devra se débrouiller seul.

- En négligeant de m'occuper de ce dossier, je courais un grand risque.

(et non : En négligeant de s'occuper de ce dossier, je courais un grand risque.)

- En vous disputant sans cesse, ta sœur et toi, vous avez appris à vous aimer.

(et non : En se disputant sans cesse, ta sœur et toi, vous avez appris à vous aimer.)

 

 

La tentation d'utiliser se peut être particulièrement forte lorsque le sujet est à la première personne du pluriel, puisqu'on emploie souvent le pronom de troisième personne on à la place du pronom de première personne nous. On doit toutefois s'assurer d'employer le pronom réfléchi nous avec nous, et le pronom réfléchi se avec on.

 

Exemples :

 

- Nous ne répondions pas parce qu'on nous avait dit de nous taire.

(et non : Nous ne répondions pas parce qu'on nous avait dit de se taire.)

- Nous avons choisi de nous rendre. (et non : Nous avons choisi de se rendre.)

- On a choisi de se rendre. (et non : On a choisi de nous rendre.)

- D’un point de vue moral, nous n’avons pas le droit de nous enlever la vie.

(et non : D’un point de vue moral, nous n’avons pas le droit de s’enlever la vie.)

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l'article On.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles