Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Cas particuliers d'accord du participe passé



Se faire fort

 

L’expression se faire fort, généralement suivie d’un infinitif, signifie « se penser ou se déclarer capable de ». Lorsque l’on emploie cette expression à un temps de forme composée, le participe passé fait demeure invariable en raison du figement de cette expression où ne subsiste plus aujourd’hui ni l’idée de « faire » ni celle de « fort ». Le mot fort, analysé à l’origine comme un adverbe, est également invariable.

 

Exemples :

 

- À l’époque, cette actrice s’est fait fort de sauver son honneur.

- Les joueurs de notre équipe se sont fait fort de remporter le tournoi.

 

 

L’expression se faire fort de a aussi le sens de « tirer sa force de ». Le rôle de fort est clairement ici celui d’un adjectif ; c’est pourquoi il varie en genre et en nombre. Il en est de même pour le participe passé fait, qui dans ce cas s’accorde avec le sujet.

 

Exemples :

 

- Cette équipe s’est faite forte de la faiblesse de l’autre équipe.

- Les employés se sont faits forts de l’approbation de leur patron.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Participe passé des verbes occasionnellement pronominaux, Fait suivi d’un infinitif et Adjectif attribut introduit par se faire.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles