Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Virgule



Rôles de la virgule

 

La virgule est, sans conteste, le signe de ponctuation le plus complexe. Ses emplois sont nombreux et variés tant sur le plan syntaxique que pour les nuances de sens qu’elle permet. La virgule est aussi le signe qui cause le plus d’hésitation et d’erreurs quand vient le moment de l’employer; il faut éviter autant la profusion de virgules, qui morcelle trop la phrase, que la rareté, source d’ambiguïté.

 

On explique habituellement les emplois de la virgule en faisant appel à différents critères : pause à l’oral, longueur et place des éléments qu’encadrent les virgules, sens de la phrase, etc. Bien que la virgule corresponde généralement à une courte pause à l’oral, c’est davantage du côté de la syntaxe qu’il faut chercher si l’on veut savoir quand et comment employer ce signe. Un emploi judicieux de la virgule n’est possible que si l’on a une bonne compréhension de la structure de la phrase et de ses différentes composantes (sujet, groupe de verbe, compléments), et une idée claire du sens que l’on veut donner à la phrase. Les exemples qui suivent illustrent bien le fait qu’une simple virgule peut faire toute la différence.

 

Exemples :

 

- Elle n’est pas venue, comme elle l’avait dit. (Elle avait dit qu’elle ne viendrait pas et elle n’est pas venue.)

 

- Elle n’est pas venue comme elle l’avait dit. (Elle est venue, mais pas de la manière qu’elle l’avait annoncé.)

 

- Le feras-tu, honnêtement? (L’adverbe honnêtement exprime ici un commentaire du locuteur sur la réponse attendue : Dis-moi honnêtement si tu le feras.)

 

- Le feras-tu honnêtement? (L’adverbe honnêtement modifie l’action de faire en indiquant la manière dont cette action se déroulera : Le feras-tu de manière honnête?)

 

- Louise écoutait sans rien dire. Martin, lui, demandait des explications. (Lui est ici apposition au sujet Martin : Martin demandait des explications alors que Louise, elle, écoutait sans rien dire.)

 

- Martin lui demandait des explications. (Lui est ici complément indirect du verbe demandait : Martin demandait à quelqu’un [à lui] des explications.)

 

- Les deux candidats, qui ont réussi l’examen, seront embauchés. (La proposition relative placée entre virgules est dite explicative puisqu’elle apporte une explication : Les deux candidats, parce qu’ils ont réussi l’examen, seront embauchés.)

 

- Les deux candidats qui ont réussi l’examen seront embauchés. (La proposition relative qui ont réussi l’examen détermine le nom candidats comme le ferait un adjectif en fonction épithète, par exemple les candidats bilingues : il n’y a que deux candidats qui ont réussi l’examen et ils seront embauchés.)

 

 

L’emploi de la virgule est donc lié à la fonction syntaxique des éléments qu’elle sépare et, par conséquent, contribue au sens global de la phrase. Tant au point de vue syntaxique que sémantique, la virgule assume trois rôles : elle permet l’addition, la soustraction ou l’inversion d’éléments dans la phrase.

 

La virgule permet d’additionner des éléments, c’est-à-dire de juxtaposer, de coordonner des mots ou groupe de mots qui ont le même statut grammatical mais sans recourir à une conjonction de coordination. Elle sépare ainsi des unités de même fonction grammaticale ou encore des propositions entières. La virgule agit dans ce cas comme un mot coordonnant. On parle alors de virgule simple puisqu’elle fonctionne seule et non deux par deux.

 

Exemples :

 

- Son fils est petit, chétif et souvent malade. (La virgule sépare petit et chétif, deux adjectifs en fonction attribut.)

- Paul travaille à Montréal, Hélène est à Sherbrooke et leur fille vit à Florence. (La virgule sépare deux propositions indépendantes.)

 

Dans d’autres emplois, la virgule encadre des éléments que l’on pourrait soustraire. On parle alors de virgule double puisqu’elle est alors employée par paires. La présence de la virgule peut aussi signaler que certains éléments ont effectivement été enlevés.

 

Exemples :

 

- Pierre-André, à l’étranger depuis deux ans, est de retour parmi nous. (Le segment facultatif à l’étranger depuis deux ans est encadré de deux virgules.)

- Rose voyage en Europe; Lucie, en Afrique. (La virgule signale l’ellipse du verbe voyage dans la deuxième phrase.)

 

Enfin, la virgule peut marquer une inversion, c’est-à-dire le déplacement d’un segment par rapport à l’ordre « normal » de la phrase. Ici encore, il s’agit de virgule double puisque le segment déplacé est encadré.

 

Exemple :

 

- Il est venu, avec beaucoup d’empressement, nous présenter ses excuses. (Le segment avec beaucoup d’empressement, déplacé en milieu de phrase, est encadré de deux virgules.)

 

 

Signalons enfin que dans certains emplois, la virgule n’a aucun effet syntaxique, son effet étant alors purement stylistique. Elle peut, par exemple, ajouter une valeur argumentative aux éléments qu’elle sépare.

 

Exemples :

 

- Pierre est beau et riche. (Les adjectifs beau et riche ont la même importance.)

- Pierre est beau, et riche. (On accentue l’idée de « richesse » en la détachant : Pierre est non seulement beau, il est riche en plus.)

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter, entre autres, les articles Qu'est-ce que la virgule simple? et Qu’est-ce que la virgule double?.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles