Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Auxiliaires



Tomber

 

Autrefois, lorsque le verbe tomber était employé intransitivement (c'est-à-dire lorsqu'il n'avait pas de complément d’objet), on pouvait le conjuguer avec l'auxiliaire avoir ou avec l'auxiliaire être; on privilégiait avoir lorsqu'on mettait l'accent sur l'action accomplie, et être lorsqu'on mettait l'accent sur le résultat de l'action. Aujourd'hui, toutefois, l'emploi de l'auxiliaire avoir est vieilli; on emploie donc toujours l'auxiliaire être avec le verbe tomber, employé sans complément d’objet.

 

Exemples :

 

- Je suis tombé dans l'escalier tout à l'heure. (et non : J'ai tombé dans l'escalier tout à l'heure.)

- Il est tombé beaucoup de pluie depuis une semaine.

- Les feuilles de cet arbre sont toutes tombées.

- Sa fièvre est finalement tombée hier.

- Depuis que la nuit est tombée, il fait un peu plus frais.

 

 

Cependant, lorsque le verbe tomber est transitif (c'est-à-dire lorsqu'il a un complément d’objet), on doit employer l'auxiliaire avoir. Les emplois transitifs du verbe tomber sont rares. Cette construction est acceptée dans le domaine du sport, où tomber signifie « vaincre » son adversaire. Les autres emplois transitifs, où tomber signifie « enlever » un vêtement ou « séduire » une personne, relèvent du style familier.

 

Exemple :

 

- Le lutteur favori a tombé son adversaire très tôt dans l'affrontement.

- Elle a tombé plus d’un homme.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles