Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Virgule



Virgule et complément de phrase

 

Le complément de phrase, que les grammaires traditionnelles nomment complément circonstanciel (de temps, de but, de manière, de lieu, etc.), est un constituant de la phrase qui est facultatif d’un point de vue syntaxique, mais qui permet d’apporter certaines précisions quant aux circonstances de l’événement évoqué par celle-ci. On en trouve de diverses natures : il peut notamment s’agir d’un groupe prépositionnel, d’un groupe nominal, d’un adverbe, d’un gérondif, d’une proposition participiale ou d’une subordonnée conjonctive.

 

Exemples :

 

- Il s’est inscrit à des cours de danse à la demande de sa femme.

- Mardi dernier, Philippe n’avait pas l’air dans son assiette.

- La plupart des jeunes adultes, aujourd’hui, possèdent une voiture.

- En courant plus vite, je crois que j’arriverai à temps.

- Pierre et son fils ont sorti leurs skis dès la première neige tombée.

- Depuis que Laura est morte, Alexandre n’est plus le même.

 

 

La position habituelle de ce type de complément est à la fin de la phrase, après les compléments direct et indirect. Cependant, contrairement à ceux-ci, le complément de phrase est indépendant du verbe, ce qui lui confère une grande mobilité : il peut être placé aussi bien au début ou en plein cœur de la phrase qu’à sa fin. L’emploi de la virgule double signale ces déplacements par rapport à l’ordre « normal » en encadrant les compléments déplacés.

 

 

Lorsque le complément de phrase se trouve à l’intérieur de la phrase, il doit normalement être placé entre virgules. On peut toutefois les omettre si le complément est court ou s’il est précédé d’un mot élidé. Dans ce dernier cas, deux autres possibilités existent. Il est possible de supprimer uniquement la première virgule en conservant la deuxième, ou bien de maintenir la conjonction que en encadrant le complément de deux virgules.

 

Exemples :

 

- Il suffit, pour être heureux, de savoir se contenter de peu.

- Nathalie sera, au cas où on la demande, dans la salle de réunion.

- Ces témoins ont pu, depuis leur cachette, voir le cambrioleur en pleine action.

- Ils sont partis hier en fin d’après-midi.

- Je précise enfin qu’en cas de contestation c’est la version française qui prime.

- Le danger est qu’à cause de ce documentaire, le public ait une image déformée de la réalité.

- Est-il possible que, en raison du temps froid, les festivités n’aient pas été une grande réussite?

 

 

Placé en tête de phrase, le complément de phrase est généralement suivi d’une virgule, la première virgule cédant alors la place à la majuscule de début de phrase. Il est toutefois possible d’omettre la virgule si le complément est très court. Dans le cas d’une inversion du sujet et du verbe, aucune virgule n’apparaît après le complément de phrase.

 

Exemples :

 

- Chaque matin, Patrick se prépare un chocolat chaud.

- Dans la vie, il faut savoir se débrouiller.

- Puisque tu ne veux pas venir, j’irai seul.

- Après une dure journée de travail, Antoine aime bien boire une grande limonade.

- Actuellement, nous manquons de ressources. (ou bien : Actuellement nous manquons de ressources.)

- Dans la salle d’audience régnait un silence insupportable. (et non : Dans la salle d’audience, régnait un silence insupportable. Aucune virgule n’apparaît après le complément de phrase.)

 

 

Lorsqu’il se trouve à la fin de la phrase, aucune virgule ne précède habituellement le complément de phrase. On peut toutefois en mettre une si l’on veut détacher le complément et produire ainsi un effet d’insistance.

 

Exemples :

 

- Il paraît que nous aurons droit à beaucoup de pluie cet été. (ou bien : Il paraît que nous aurons droit à beaucoup de pluie, cet été.)

- Je dois tout recommencer parce que je me suis trompé. (ou bien : Je dois tout recommencer, parce que je me suis trompé)

- Notre équipe arrivera à Montréal aujourd’hui. (ou bien : Notre équipe arrivera à Montréal, aujourd’hui.)

- Andrée ne voit plus ses amies depuis qu’elle s’est mariée. (ou bien : Andrée ne voit plus ses amies, depuis qu’elle s’est mariée.)

 

 

Notons que si la virgule s’emploie avec le complément de phrase, elle n’apparaît cependant pas après le complément indirect ou le complément déterminatif en inversion. Elle ne sépare pas non plus le verbe du complément direct ou indirect.

 

Exemples :

 

- Au personnel technique il est demandé de participer activement à ce programme. (et non : Au personnel technique, il est demandé de participer activement à ce programme. Aucune virgule n’apparaît après le complément indirect en inversion.)

- Du ministre elle était la principale conseillère. (et non : Du ministre, elle était la principale conseillère. Aucune virgule n’apparaît après le complément déterminatif en inversion.)

- Le personnel a reçu tous les renseignements utiles. (et non : Le personnel a reçu, tous les renseignements utiles. Aucune virgule ne sépare le verbe et le complément direct.)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles