Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point



Point : généralités

 

Le point est le plus ancien signe de ponctuation puisqu’il date de l’Antiquité. Le mot ponctuation lui-même remonte à punctum, point en latin. Les usages de ce signe ont beaucoup varié jusqu’au XVIe siècle, époque à laquelle la ponctuation moderne a commencé à se fixer, notamment grâce à l’invention de l’imprimerie.

 

Aujourd’hui, ce signe, de ponctuation forte, correspond à une pause longue. On emploie le point principalement pour marquer la fin d’une phrase déclarative et pour abréger un mot; on parle alors de point final et de point abréviatif.

 

Exemples :

 

- Jocelyne est partie à une réunion. (point final)

- Cet appareil, qui survolait la ville, s’est écrasé tout près de chez moi. (point final)

- É.-U. (États-Unis) (point abréviatif)

- tél. (téléphone) (point abréviatif)

 

 

Lorsqu’il termine la phrase, le point est suivi d’une majuscule. Il est au contraire suivi d’une minuscule lorsqu’il est employé pour abréger un mot, à moins que cette abréviation ne se trouve à la toute fin de la phrase, puisque le point abréviatif se confond alors avec le point final. Notons que les points de suspension se confondent également avec le point final, mais que le point final ne se confond pas avec un point d’exclamation ou un point d’interrogation qui appartient à un titre d’œuvre. Un espacement suit le point, mais aucun ne le précède.

 

Exemples :

 

- Jules César a été assassiné en 44 av. J.-C. en plein sénat.

- Le jardin de Martine abonde en gardénias, en œillets, en roses, etc. Il y manque malheureusement ma fleur préférée, le tournesol.

- Il ne savait plus que faire

- Vous trouverez la terminologie du cyclisme dans le lexique À vos vélos!.

 

 

Une phrase dont le verbe est à l’impératif peut se terminer par un point ou par un point d’exclamation, selon l’intonation et l’expressivité qu’on lui prête.

 

Exemples :

 

- Viens me voir. (ou bien : Viens me voir!)

- Veuillez m’excuser, Monsieur. (ou bien : Veuillez m’excuser, Monsieur!)

 

 

Dans la littérature, la publicité et les médias, il arrive que des segments soient séparés par un point plutôt que par une virgule. Cette segmentation a pour effet de marquer des pauses plus fortes, de mettre en relief certains éléments du discours et de produire ainsi un texte plus percutant.

 

Exemple :

 

- Bernard eut peur. Très peur. Jusqu’à la dernière minute.

 

 

Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter les articles Point abréviatif et Point : emplois divers.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles