Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Guillemets



Guillemets et mise en valeur

 

On emploie les guillemets pour indiquer que certains mots sont employés avec réserve, pour marquer que l’on s’en distancie. Il peut s’agir de termes familiers, populaires ou vulgaires, de jargon, de tournures maladroites ou fautives, d’expressions employées de manière ironique, de mots rares ou insolites, d’écarts orthographiques ou grammaticaux, etc. Dans ce type d’emploi, les guillemets n’encadrent que le mot ou l’expression en question et non le déterminant qui précède.

 

Exemples :

 

- Votre voiture est plutôt « amochée », si vous me passez l’expression.

- Et les « dommages collatéraux », qu’en font-ils?

- Sa maladie était bel et bien « diplomatique ».

- Aurait-il encore « oublié » de payer sa facture?

- Son petit frère avait inventé un « piège à méchants » qui le rendait, croyait-il, invincible.

- Il aurait fait un « infractus ».

- Officiellement, il ne s’est pas fait congédier. Disons qu’il a « été démissionné »

- Ses hypothèses se sont « avérées vraies ».

 

On peut aussi employer les guillemets pour mettre en valeur certains mots qui appartiennent à des variétés ou à des registres linguistiques particuliers : termes techniques (dans un texte non technique), néologismes, régionalismes, mots étrangers non francisés, etc.

 

Exemples :

 

- Ils obtiennent une image médicale au moyen d’un « dispositif de balayage ».

- Les « cigarettiers », pour employer un mot nouveau, se heurtent aux lois antitabacs.

- Le moutonnement de la mer formait des « chiens blancs », comme on dit en Gaspésie.

- Evita nappait son pain de « dulce de leche », une confiture typiquement argentine. (ou : dulce de leche, voir dernier paragraphe de l’article)

 

Outre ces emplois liés à la mise à distance ou à la mise en évidence, on utilise les guillemets, en linguistique, lorsqu’on donne le sens ou la définition d’un mot, d’une expression, ou lorsqu’on évoque la notion rattachée à un mot, à une expression.

 

Exemples :

 

- En espagnol, buenas tardes peut signifier « bonjour », en après-midi, ou « bonsoir ».

- Le mot programme ne signifie pas « émission ».

- Pamphlet a le sens de « court écrit satirique qui attaque avec violence le gouvernement, les institutions, etc. ».

- La notion de « neige » est complexe en inuktitut. Les Inuits emploient en effet plus d’une douzaine de mots pour désigner les différentes sortes de neige.

- Le mot autonyme, du grec autos « soi-même, lui-même » et onoma « nom », signifie « qui se désigne lui-même comme signe ». Ainsi, un mot est autonyme lorsqu’on le cite en tant que mot et non pas pour désigner une réalité. 

 

 

Notons enfin qu’il y a souvent concurrence entre l’italique et les guillemets dans différents emplois. Pour éviter la confusion, on doit, à l’intérieur d’un même document, adopter une règle et s’y tenir. Par exemple, on peut choisir d’employer systématiquement l’italique pour les mots étrangers et les guillemets pour les notions qu’ils désignent.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles