Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point d'interrogation



Point d'interrogation et phrase interrogative

 

Le point d’interrogation est le signe de ponctuation lié à la phrase interrogative. Les grammairiens distinguent deux types d’interrogation : l’interrogation directe, caractérisée par certaines structures syntaxiques et par le point d’interrogation, et qui suppose une réponse de l’interlocuteur; et l’interrogation indirecte, qui implique un verbe introducteur (savoir, demander, etc.), qui se termine par un point ordinaire et qui fait plutôt état d’une question.

 

Exemples :

 

- Est-ce que vous avez bien reçu notre rapport? (interrogation directe)

- Je me demande si les clients ont bien reçu notre rapport. (interrogation indirecte)

- Voulez-vous me faire l'honneur de présider notre cérémonie? (interrogation directe)

- Je ne sais pas si je devrais accepter de présider cette cérémonie. (interrogation indirecte)

 

 

L’interrogation directe prend la forme d’une phrase interrogative, qui peut varier dans sa construction. Différents procédés syntaxiques sont possibles : inversion du sujet et du verbe; répétition du sujet par l’emploi du pronom après le verbe; emploi de mots interrogatifs (qui, pourquoi, quand, , comment, etc.); emploi de la locution est-ce que. Une phrase interrogative peut aussi ne faire appel à aucun de ces procédés et avoir la forme d’une phrase déclarative; seul le point d’interrogation vient alors indiquer qu’il s’agit d’une question. Dans tous ces cas, le point d’interrogation sert à marquer, à l’écrit, l’intonation particulière que l’énoncé aurait à l’oral.

 

Exemples :

 

- Prendrais-tu un verre de vin?

- Gérard n’a-t-il pas déjà raconté cette histoire?

- Combien coûte un ordinateur portable?

- Pourquoi Marie est-elle fâchée?

- Est-ce que tu viendras avec nous au cinéma?

- Tu pars dans un mois pour le Brésil?

- Robert affirme qu’il n’a pas touché au gâteau?

 

 

Lorsque s’enchaînent plusieurs phrases interrogatives, chacune d’elles commence par une majuscule et se termine par un point d’interrogation. Toutefois, si plusieurs questions se suivent mais qu’une seule réponse est attendue pour l’ensemble, on peut faire suivre chaque point d’interrogation d’une minuscule. Il est aussi possible, dans ce cas, d’employer la virgule et de ne mettre le point d’interrogation qu’à la toute fin de la phrase.

 

Exemples :

 

- Qui est cet homme? Pourquoi me suit-il ainsi?

- Veux-tu de la tarte aux pommes? ou bien de la tarte au sucre?

- Veux-tu de la tarte aux pommes, ou bien de la tarte au sucre?

 

 

Par ailleurs, des expressions telles que vois-tu, comprenez-vous ou bien n’est-ce pas, qui ne demandent pas de réponse mais qui servent plutôt à maintenir l’attention de l’interlocuteur, ne sont habituellement pas suivies d’un point d’interrogation, mais encadrées de virgules.

 

Exemples :

 

- Cela fait plus de trois heures, comprenez-vous, que j’attends les retardataires.

- J’y suis allé, m’entends-tu, et je n’y retournerai plus.

 

 

Pour en apprendre davantage sur le point d’interrogation, vous pouvez consulter, entre autres, les articles Point d'interrogation : généralités et Point d'interrogation : emplois divers.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles