Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Privé et privatif

 

Les adjectifs privé et privatif sont issus de deux mots latins de la même famille : privé est le résultat de l’évolution du mot privatus « particulier, individuel », alors que privatif est ce qu’on appelle une formation savante, créée vers le XVIe siècle à partir de privativus, lui-même dérivé du verbe privare « priver ».

 

Privatif a d’abord été utilisé en grammaire pour exprimer l’absence, la négation; par exemple, les préfixes in- (incomplet) et a- (amoral) sont des préfixes privatifs.

 

Ce mot a été emprunté très tôt par la langue du droit. Aujourd’hui, les juristes accordent plus d’un sens à ce mot. Il signifie notamment « qui prive de »; par exemple, une peine privative de liberté est une peine qui prive un individu de sa liberté.

 

En langue juridique, on emploie également privatif pour qualifier quelque chose qui est la propriété exclusive d’une personne; il s’oppose alors à collectif ou à commun : par exemple, dans un contexte de copropriété, on distingue les parties privatives des parties communes. On parle également d’usage privatif pour quelque chose dont l’usage est réservé à un individu. Enfin, cet adjectif qualifie directement, par extension, des lieux ou des équipements dont l’usage est réservé ou exclusif à une personne (ou à un petit nombre) sans que ces lieux ou équipements ne lui appartiennent. L’emploi de privatif au sens d'« exclusif à, réservé à » est propre au domaine de l’immobilier, qui comporte son lot de termes juridiques, et s’observe presque exclusivement en Europe.

 

Exemples :

 

- Chaque copropriétaire peut disposer librement de ses parties privatives.

- Tu ne peux pas modifier le mur qui sépare les deux propriétés puisque c’est un mur privatif.

- Le locataire a l’usage privatif de l’appartement qu’il a loué.

- Chaque personne dispose d’un stationnement privatif.

- Le contrat de location stipulait également l’accès à une piscine privative.

 

 

En droit comme dans la langue générale, privé peut avoir plusieurs sens relativement voisins : « personnel, intime », « qui appartient en propre à une personne », « où le public n’est pas admis », « qui ne concerne pas le public » ou encore « qui ne dépend pas de l’État ». Tous ces sens tournent autour de l’idée d’individu, de personne, de particulier, idée déjà présente en latin.

 

Exemples :

 

- Je ne vois pas en quoi ma vie privée vous regarde.

- On ne peut pas visiter les appartements privés de la reine.

- Puis-je solliciter un entretien privé avec vous?

- Maurice travaille maintenant dans le secteur privé.

- Il est très difficile d’avoir un stationnement privé dans ce quartier de la ville.

- La construction de piscines privées est très réglementée.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles