Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Tiret



Tiret dans les dialogues

 

On emploie souvent le tiret pour marquer le changement de locuteur dans un dialogue. Généralement, chaque réplique est suivie d'un saut de ligne, mais on peut également présenter l'ensemble des répliques bout à bout.

 

Exemples :

 

Sais-tu si Yvan et Geneviève ont accepté l'invitation?

Je crois qu'ils ont refusé; ils avaient autre chose de prévu.

 

J'ai rencontré Éric tout à l'heure. Lui as-tu parlé de notre réunion de demain? Oui; il m'a dit qu'il y serait.

 

 

Lorsqu'on emploie le tiret pour marquer les changements de locuteur, on peut faire précéder la première réplique du dialogue d'un guillemet ouvrant plutôt que d'un tiret. Dans ce cas, on doit faire suivre la dernière réplique du dialogue d'un guillemet fermant. Cette pratique est aujourd'hui facultative et l'on peut se contenter de faire précéder chaque réplique d'un tiret, sans employer les guillemets.

 

Exemples :

 

« Grégoire a eu un accident de voiture hier.

Est-il blessé?

Non, il n'est pas blessé, mais sa voiture est très endommagée. »

 

J'ai refusé de signer la pétition.

Pourquoi?

Parce que cette cause n'est pas importante à mes yeux.

 

Si l’on choisit de guillemeter le début et la fin du dialogue et qu’une des répliques s’étend sur plusieurs alinéas, il est conseillé de placer un guillemet fermant au début de chacun des alinéas de la réplique longue (sauf le premier, qui n’est précédé que d’un tiret marquant le changement d’interlocuteur). Ce guillemet fermant est appelé guillemet de suite. Certains ouvrages préconisent plutôt dans ce cas un guillemet ouvrant, mais nous déconseillons cet usage, qui risque de créer une confusion.

 

Exemple :

 

« Grégoire a eu un accident de voiture hier.

Est-il blessé?

Oui, mais rien de grave. Sa voiture toutefois est très endommagée. Je vais tenter de te résumer l’histoire, mais ce n’est pas simple.

 

» Je dois te dire d’abord qu’il se sentait très fatigué au moment de prendre le volant […].

 

» Mais ce n’est pas tout! Les travaux sur le pont n’étaient pas terminés et la chaussée était glacée […].

 

» Lorsque les ambulanciers sont arrivés, Grégoire avait repris conscience et cherchait à s’extraire de sa voiture […]. »

 

 

Dans une pièce de théâtre ou dans un scénario, le tiret vient immédiatement avant les paroles de chaque personnage. Le tiret est précédé, au début de la ligne, du nom du personnage (en petites majuscules); de didascalies, s'il y a lieu (en italique et entre parenthèses); et d'un point.

 

Exemples :

 

Simon. Alors, tu es satisfaite?

Lucille. Oui, je suis satisfaite; tout se déroule exactement comme je l'avais prévu.

 

Le roi (se levant de son trône). Ne pars pas si vite!

Le page. Sire, puis-je faire autre chose pour Votre Majesté?



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles