Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Crochets



Crochets : emplois divers

 

Lorsqu'on veut indiquer la prononciation d'un mot ou d’un segment quelconque, on emploie les symboles de l'Alphabet phonétique international (API), que l’on place entre crochets.

 

Exemple :

 

- Selon le contexte, le mot dix peut se prononcer [di], [dis] ou [diz].

 

 

En poésie, lorsqu'un vers est trop long pour figurer sur une seule ligne, on reporte le ou les derniers mots du vers sur la ligne suivante, on les aligne à droite et on les fait précéder d'un crochet ouvrant; ainsi, dans l’exemple qui suit, le mot chandelle appartient au premier vers et suit à la. S'il n'y a pas assez d'espace sur la ligne suivante, on peut les reporter de la même façon sur la ligne précédente.

 

Exemple :

 

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

[chandelle,

Direz, chantant mes vers, et vous émerveillant :

Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle.

(Ronsard)

 

 

Enfin, dans une pièce de théâtre, un synopsis ou un scénario, on peut mettre entre crochets les passages qui sont destinés uniquement à la lecture et qui ne seront pas utilisés sur scène ou lors du tournage. Il peut aussi s'agir de passages qui ont été supprimés ou abandonnés.

 

Pour en savoir davantage sur l'API et sur la transcription phonétique, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles