Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Trait d'union



Trait d'union : généralités

 

Le trait d’union est un signe typographique (et orthographique) qui a l’apparence d’un tiret court. C’est vers 1530 qu’on relève les premières attestations de ce signe, sous sa forme actuelle, dans les textes français imprimés. Il est à noter que le trait d’union n’est jamais précédé ni suivi d’un espacement, sauf dans le cas de l’expression d’horaires.

 

La principale fonction du trait d’union est de lier différents éléments et de marquer ainsi les liens étroits qui les unissent. La nouvelle unité créée peut être de nature lexicale (lexicalisation); c’est pourquoi on trouve le trait d’union dans de nombreux mots composés. Ce signe peut également marquer certaines relations grammaticales, notamment l’inversion du verbe et du pronom sujet ou la coordination implicite.

 

Exemples :

 

- Tous les bénévoles sont invités à ce déjeuner-causerie.

- Il nous a demandé de quitter sa propriété sur-le-champ.

- Où puis-je me procurer des accessoires de décoration aussi excentriques?

- Heures d’ouverture : 9 h - 21 h

 

 

L’emploi du trait d’union est toutefois à éviter dans certains contextes. Par exemple, c’est le tiret, et non le trait d’union, qui liera un toponyme comportant déjà un trait d’union à un autre toponyme. Il est également déconseillé d’utiliser le trait d’union pour ajouter la finale féminine à une appellation de personne; on recommande plutôt d’écrire la forme féminine et la forme masculine au long.

 

Exemples :

 

- Je connais très peu la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. (tiret plutôt que trait d’union entre Saguenay et Lac-Saint-Jean; éviter la graphie Saguenay-Lac-Saint-Jean)

- Ce colloque est destiné aux enseignants et enseignantes de sciences du Québec.

(et non enseignant-e-s)

 

 

Pour en connaître davantage sur les différents emplois du trait d’union, vous pouvez consulter les articles Trait d’union dans les unités lexicales, Trait d’union et éléments grammaticaux, Trait d’union et coupure de mots et Trait d’union dans les prénoms et les patronymes. Vous pouvez également consulter les articles inscrits sous le sous-thème Emploi du trait d’union, sous le thème de l’orthographe.

 

 

Certaines des rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française de France en 1990 portent sur la question du trait d’union et proposent la soudure des éléments de certains mots composés. La soudure des éléments marque une plus grande lexicalisation encore que l’emploi du trait d’union (audiovisuel, faitout, millefeuille, socioéconomique, récréotouristique, etc.). Pour en savoir davantage sur le sujet, vous pouvez consulter la section Rectifications liées au trait d’union et soudure.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles