Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Trait d'union



Trait d'union dans les unités lexicales

 

L’emploi le plus fréquent du trait d’union est dans la formation de mots composés; le trait d’union unit un groupe de mots qui forme alors une nouvelle unité lexicale (lexicalisation). Dans certains cas, il permet de distinguer des homographes, c’est-à-dire des mots qui s’écrivent de la même façon, mais qui ont des sens différents. Les mots liés appartiennent ou non à la même catégorie grammaticale, et le mot composé qui en résulte peut être un nom, un adjectif, un adverbe, etc.

 

Exemples :

 

- Penses-tu assister à la soirée-bénéfice à laquelle nous avons été invités?

- Ce nouveau-né pesait seulement cinq livres à la naissance.

- Il semble y avoir beaucoup de non-dits dans le discours de ce politicien.

- Gaston n’a que faire du qu’en-dira-t-on.

- Les termes zeugme et attelage sont des quasi-synonymes.

- Un seul Canadien participera à cette compétition de ski hors-piste.

- Je vous invite à consulter le document ci-joint.

- Il ne sera peut-être pas en mesure de prendre de vacances cet été. (et non : peut être)

- Mes beaux-parents ont gagné un voyage en Australie. (et non : beaux parents)

 

 

Le trait d’union peut lier un préfixe ou un élément grec ou latin à un mot; c'est le cas notamment pour ex-, mi-, pseudo- et vice-. Il peut également séparer les éléments de mots composés empruntés à d’autres langues. Dans les cas de soudure entre un préfixe et un mot, le trait d’union est cependant maintenu lorsque la rencontre de deux voyelles peut engendrer une difficulté de lecture ou de prononciation.

 

Exemples :

 

- De nombreux ex-officiers participaient au défilé militaire.

- Les industries bioalimentaires sont soumises à des réglementations très sévères.

- C’est un spécialiste de la bio-informatique.

- D’après lui, les bio-ordinateurs sont la voie de l’avenir.

- Les grandes entreprises comportent souvent plus d’une vice-présidence.

- La mezzo-soprano a été ovationnée pour sa double performance vocale et théâtrale.

- Tous les boxeurs redoutent le knock-out.

 

 

Le trait d'union peut être un outil de création lexicale de circonstance. Certains auteurs s'en servent comme procédé littéraire pour assembler des mots qui sont normalement séparés et en faire une seule unité, souvent ironique ou humoristique, sur laquelle ils veulent simplement mettre l'accent.

 

Exemples : 

 

- C’est un adepte et un défenseur du vivre-ensemble.

- J'aimerais avoir un œuf-miroir-bien-cuit!

- Le petit-garçon-au-regard-triste me creva le cœur en mille morceaux.

 

 

Lorsque l’on coordonne deux noms dont seul le premier élément diffère, on peut utiliser un trait d'union si l'on veut éviter la répétition du second élément. On le place après le premier élément pour indiquer qu'il se rattache au deuxième élément du mot qui le suit. Il arrive que le premier élément ne soit pas suivi d'un trait d'union, la coordination étant alors moins explicite.

 

Exemples :

 

- Nous étudierons la macro- et la microstructure de ce dictionnaire. (ou macro)

- Ils ont observé des rayonnements intra- et extragalactiques. (ou intra)

 

 

En linguistique, on utilise le trait d’union pour indiquer qu’une unité est une partie de mot (préfixe, suffixe ou radical).

 

Exemples :

 

- Les gentilés composés avec l’élément néo- prennent un trait d'union.

- La plupart des adverbes sont formés avec le suffixe -ment.

- Le verbe aller a plusieurs radicaux : v- (vont), all- (allez) et ir- (irai).

 

 

On trouve aussi le trait d'union dans les adjectifs et les noms composés géographiques.

 

Exemples :

 

- Bastien a acheté le dernier disque de cet interprète italo-québécois.

- Elle fréquente un Franco-Manitobain.

 

 

On trouve de plus le trait d’union dans les prénoms et les patronymes doubles. Si le nom d’une personne est employé pour dénommer une association, une fondation, un bâtiment, un monument, un établissement ou un lieu, on met un trait d’union entre les prénoms et entre le ou les prénoms et le patronyme, que cette personne soit décédée ou non.

 

Exemples :

 

- Notre professeure de ballet s'appelle Anne-Marie Lessard-Tessier.

- Je connais Jean-Claude Saint-Pierre depuis des années.

- Sophie sera bénévole à la Fondation Jean-Lapointe pour la période estivale.

- J'ai emprunté quelques romans à la bibliothèque Alain-Grandbois.

 

 

On emploie encore le trait d'union dans certains noms spécifiques de toponymes naturels et administratifs et de voies de communication.

 

Exemples :

 

- Ils ont acheté une maison à Saint-Roch-des-Aulnaies.

- La rivière Jacques-Cartier est un beau cours d'eau pour pratiquer le kayak.

- Je compte bien découvrir à vélo la région de la Chaudière-Appalaches cet été.

- Un terrible accident est survenu cette nuit sur le boulevard René-Lévesque.

 

 

Les emplois du trait d’union comme signe typographique sont nombreux et touchent des domaines variés. Pour en savoir davantage sur ces différents emplois, vous pouvez consulter les articles ou les sous-thèmes :

 

Trait d'union : généralités

Trait d'union et éléments grammaticaux

Trait d'union et coupure de mots

Trait d'union dans les prénoms et les patronymes

Mots composés avec préfixe ou élément grec ou latin

Rectifications de l'orthographe

Toponymes administratifs

Toponymes géographiques

Toponymes administratifs et toponymes géographiques

Nom de personne attribué à un lieu



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles