Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Trait d'union



Trait d'union et coupure de mots

 

Le trait d'union est utilisé comme signe typographique pour diviser les mots en fin de ligne, notamment dans les lignes courtes et les colonnes. Dans cet emploi, on l'appelle aussi division, trait ou césure, synonymes employés surtout dans le domaine de l'imprimerie.

 

On sépare généralement les mots selon leur prononciation, en coupant entre deux syllabes, mais on les sépare aussi parfois, dans certains cas, en tenant compte de l’étymologie. Pour les mots qui comportent déjà un trait d'union, la coupure coïncide généralement avec ce signe. Lorsqu’un groupe de mots comprend plusieurs traits d’union, on le divise après le premier trait d’union, sauf exception. Enfin, on n'emploie le trait d'union qu'à la fin de la ligne où se trouve la première partie du mot divisé; on ne le répète donc pas au début de la ligne suivante, qui commence par la seconde partie du mot. Notons que, dans les exemples qui suivent, le signe [ indique une coupure possible.

 

Exemples :

 

- spec-[tacle (division syllabique)

- sco-[larité (division syllabique)

- inter-[urbain (division syllabique)

- tran-[sac-[tion (division syllabique)

- trans-[ac-[tion (division étymologique)

- taille-[crayon (mot qui comporte déjà un trait d’union)

- arc-[en-ciel (mot qui comporte plus d’un trait d’union)

- c’est-[à-dire ou c’est-[à-[dire (mot qui comporte plus d’un trait d’union, exception)

 

 

On peut également employer le trait d'union pour diviser les syllabes d'un mot dans le but d'en accentuer la prononciation lors de la lecture. On l'utilise aussi pour détacher chacune des lettres d'un mot qu’on épelle.

 

Exemples :

 

- Notre voyage en Espagne fut mé-mo-ra-ble!

- Le nom Halloween s'écrit h-a-l-l-o-w-e-e-n.

 

 

Enfin, on peut mettre en évidence l’origine et le sens initial d'un mot en séparant par un trait d'union les éléments qui ont servi à sa formation.

 

Exemples :

 

- Nous sommes tous des com-patriotes d’une certaine façon.

- Après toutes ces années, cette rencontre est pour lui une véritable re-naissance.

 

 

Pour en connaître davantage sur les emplois du trait d'union, vous pouvez consulter les articles Trait d'union : généralités, Trait d'union dans les unités lexicales et Trait d'union et éléments grammaticaux.

 

Pour en apprendre davantage sur la division de mots, vous pouvez consulter les articles des sous-thèmes Coupures de mots et Coupures entre les mots.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles