Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Trait d'union



Trait d'union et éléments grammaticaux

 

Le trait d'union est utilisé pour marquer le lien grammatical étroit qui unit certains éléments.

 

On l'emploie notamment pour marquer l’inversion du verbe et du pronom sujet dans les phrases interrogatives et dans les incises. Dans ces contextes, le verbe et le pronom de troisième personne (il, elle et on) sont parfois séparés par un t euphonique, aussi appelé t analogique, qui est lui-même placé entre deux traits d'union : c'est le cas lorsque le verbe se termine par un -e muet ou par un -a, ou avec les verbes vaincre et convaincre.

 

Exemples :

 

Est-ce nécessaire d'assister à cette réunion?

Sera-t-il prêt pour sa présentation de demain?

- « Bon anniversaire! », s'écrièrent-ils tous en cœur.

- Jamais, au grand jamais, ajouta-t-elle, je n’aurais accepté un tel marché.

 

Le trait d'union unit également le pronom personnel complément, qu'il soit complément direct ou indirect, au verbe conjugué à l'impératif, à la forme affirmative. Si l’impératif est employé avec deux pronoms, celui qui est complément direct se place immédiatement après le verbe, suivi du pronom complément indirect. Il y a un trait d’union entre le verbe et les pronoms.

 

Exemples :

 

Repose-toi bien en fin de semaine.

Dites-le-moi le plus tôt possible.

 

 

Le trait d’union apparaît également entre l'adjectif indéfini même et le pronom personnel qui le précède (moi, toi, elle, lui, nous, vous, elles, eux). Lorsque ce pronom est pluriel, même s'accorde avec lui et prend la marque du pluriel.

 

Exemples :

 

- J'ai moi-même déjà gagné une somme importante à la loterie.

- Certaines personnes ne sont plus elles-mêmes lors d'un premier rendez-vous amoureux.

 

Les particules adverbiales ci et sont aussi unies par un trait d'union au pronom démonstratif (celui, celle, ceux, celles) ou au nom précédé d'un déterminant démonstratif (ce, cet, cette, ces).

 

Exemples :

 

- Parmi tous les modèles de voitures, c'est celui-là qui me plaît le plus.

- Quels sont vos films préférés parmi ceux-ci?

Ces enfants-là sont très turbulents.

- Je me sens très fatigué ces jours-ci.

 

 

Enfin, le trait d'union s’emploie à la place d’une préposition ou d'une conjonction de coordination pour marquer une relation logique implicite entre deux mots : opposition (contre), distance et durée (de… à), division (par), coordination (entre, et), addition (plus; notamment dans les numéraux plus petits que 100).

 

Exemples :

 

- Les affrontements Canadiens-Nordiques ont marqué une génération de Québécois.

- Le trajet Sherbrooke-Gaspé m'a totalement épuisé.

- La guerre 1939-1945 a traumatisé mes grands-parents.

- Je conduis généralement à une vitesse de 120 kilomètres-heure sur l'autoroute.

- Cette auteure traite de la relation mère-fille dans son dernier ouvrage de psychologie.

- Sophie aura vingt-deux ans demain.

 

 

Pour en connaître davantage sur les différents emplois du trait d'union, vous pouvez consulter les articles Trait d'union : généralités, Trait d'union dans les unités lexicales et Trait d'union et coupure de mots.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles