Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point-virgule



Point-virgule : généralités

 

Le signe « ; », qu'on appelle aujourd'hui point-virgule, s'appelait autrefois periodus. C’était alors un signe de ponctuation forte qui avait pour fonction de clore une période, c’est-à-dire un ensemble de phrases qui exprime une pensée complète. Cet emploi est maintenant dévolu au point. Vers la fin du XVe siècle, le signe « ; » avait une nouvelle fonction : celle de marquer une pause plus longue que la virgule, mais plus courte que le point. Le point-virgule a été très utilisé au XVIIe siècle, notamment pour séparer les différentes parties d'un raisonnement. À la fin du XVIIIe siècle, toutefois, les écrivains se voyaient obligés d'insister pour que ce signe de ponctuation soit conservé dans leurs écrits; il était en effet souvent modifié par les imprimeurs, qui avaient, à cette époque, le pouvoir de modifier les textes qu'ils imprimaient.

 

Aujourd'hui, on semble se méfier du point-virgule; on lui préfère souvent la virgule, le point ou les deux-points. Certains se demandent même si ce signe de ponctuation ne risque pas de disparaître. Quelques grands auteurs le détestent et l'évitent systématiquement, alors que d'autres l'affectionnent tout particulièrement. Le point-virgule est d'ailleurs plus présent dans les textes littéraires et dans les textes techniques que dans la presse.

 

Le point-virgule est un signe de ponctuation moyenne; sa valeur se situe entre celle de la virgule et celle du point. Il permet de lier (car il lie davantage qu'il ne sépare) deux propositions ayant un point commun au point de vue du sens. Il permet d'organiser les différentes propositions, de souligner l’enchaînement des idées énoncées, de clarifier le plan du discours. Principalement employé dans les longues phrases, il peut également lier de courtes propositions étroitement liées par le sens.

 

On ne met généralement pas d'espacement devant le point-virgule, à moins que l'on puisse y insérer une espace fine, ce qui est généralement impossible avec un simple traitement de texte. On met cependant toujours un espacement après le point-virgule. Par ailleurs, le caractère du point-virgule doit être le même que celui de l'énoncé auquel il appartient; ainsi, s'il est précédé d'un mot en italique, mais que tout le reste de la phrase est en romain, le point-virgule doit être en romain.

 

Pour connaître les divers emplois du point-virgule, vous pouvez consulter les articles Point-virgule et phrases juxtaposées; Point-virgule et propositions subordonnées et Point-virgule et énumération.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles