Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Astérisque



Astérisque : emplois divers

 

L’astérisque est parfois utilisé pour masquer un nom propre, notamment lorsqu'une personne, comme l’auteur d’un texte, désire demeurer dans l’anonymat. En linguistique, l’astérisque a pour synonyme le nom astéronyme lorsqu’il est employé dans ce sens.

 

Les premières attestations de l’emploi de l’astérisque de discrétion datent du XVIIIe siècle. À l’époque, on masquait un nom en ajoutant deux ou trois astérisques après la lettre initiale, ou en utilisant tout simplement le même nombre d’astérisques que le nombre de lettres qui le composaient. Aujourd’hui, on emploie généralement trois astérisques seuls ou placés après la première lettre du nom que l’on désire garder secret. Toutefois, on remarque que le point, et même les points de suspension, sont plus couramment utilisés pour abréger les noms propres de personnes. On doit éviter de remplacer les astérisques, les points ou les points de suspension de discrétion par un ensemble de trois X majuscules.

 

Exemples :

 

- Monsieur V*** (ou Monsieur V. ou Monsieur V… et non Monsieur XXX)

- Claudette C*** (ou Claudette C. ou Claudette C… et non Claudette XXX)

 

 

L’astérisque peut également indiquer la tomaison d’un livre. Il est alors placé, seul ou en groupe, après le titre d’un ouvrage pour indiquer de quel volume ou tome il s’agit. Par exemple, s’il s’agit du premier volume, on utilisera un astérisque; de même, s’il s’agit du troisième volume, on emploiera trois astérisques.

 

Exemple :

 

- Le grand Robert de la langue française** (deuxième volume)

 

 

Par ailleurs, les paragraphes ou les parties d’un texte sont parfois séparés par un astérisque ou un ensemble de trois astérisques disposés en forme de triangle et situés au centre de la page.

 

Exemple :

 

- Elle ferma les yeux et s’endormit aussitôt.

 

                                   ***   ou   *

 

   Le lendemain, la journée débuta sous un soleil radieux.

 

 

Il arrive aussi que l’astérisque serve à marquer des paragraphes ou les éléments d’une énumération, bien que cet emploi soit plus couramment attribué au tiret.

 

Exemple :

 

- Ce forfait comprend :

  * une nuit d'hébergement en occupation double

  * un souper gastronomique

  * les frais de service

 

 

Enfin, on se sert aussi de l’astérisque comme symbole mathématique de multiplication; il fait donc parfois concurrence, notamment en informatique, à la traditionnelle lettre x généralement utilisée comme signe de multiplication.

 

Exemple :

 

- 4 * 3 = 12

 

 

Pour en savoir davantage sur les différents emplois de ce signe typographique, vous pouvez consulter les articles Astérisque : généralités, Astérisque et appel de note et Astérisque : emplois en linguistique.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles