Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point d'exclamation



Point d'exclamation, impératif et apostrophe

 

Lorsque l’on parle à quelqu’un, il arrive qu’on lui ordonne de faire quelque chose (Réponds-moi!) ou qu’on l’interpelle (Marie!). L’intonation propre à ces types d’énoncés est marquée à l’écrit par le point d’exclamation.

 

Placé à la fin d’une phrase dont le verbe est à l’impératif, le point d’exclamation renforce l’intonation injonctive de celle-ci. Toutefois, bien que cet usage soit fréquent, il n’est pas obligatoire.

 

Exemples :

 

- Entre, enlève ton manteau!

- Viens ici tout de suite!

 

 

On met aussi un point d’exclamation après un nom en apostrophe. Cet emploi permet de marquer, à l’écrit, l’intonation que l’interpellation aurait à l’oral.

 

Exemples :

 

- Christine! Où es-tu?

- Madame! Attendez!

 

 

Il arrive qu’un mot mis en apostrophe soit précédé de l’interjection ô; c’est le cas notamment dans les textes poétiques ou religieux. L’usage du point d’exclamation, comme c’est souvent le cas, est alors facultatif et dépend de l’intonation que l’on donne à la phrase. Si on l’emploie, on doit le placer après le nom en apostrophe : il ne suit jamais immédiatement le ô.

 

Exemple :

 

- Ô souvenirs! printemps! aurore!
Doux rayon triste et réchauffant! (Victor Hugo)

 

 

Pour en apprendre davantage sur le point d’exclamation, vous pouvez consulter l’article Point d'exclamation : généralités.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles