Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Astérisque



Astérisque : emplois en linguistique

 

L’astérisque peut jouer différents rôles dans les ouvrages de linguistique. En général, les auteurs de dictionnaires ou de grammaires qui l’utilisent décrivent la signification qu’ils lui confèrent dès le début de leur ouvrage.

 

On peut notamment lui attribuer le rôle de renvoi avec le sens « voir ce mot ». On le trouve alors placé après un mot, généralement dans une locution ou dans une définition d'un dictionnaire. Il nous invite alors à consulter l'article consacré à ce mot pour y trouver des renseignements complémentaires.

 

Exemples :

 

- Communication : Communication par le canal* auditif. (Petit Robert)

- Brûler : Brûler de l’encens, un cierge*. (Petit Robert)

 

 

Dans d'autres ouvrages, on utilise l’astérisque pour souligner qu’une forme est fautive. On le trouve entre autres, dans certains dictionnaires, placé devant un mot pour indiquer que cette forme est erronée; en général, cette erreur est directement suivie de la forme correcte correspondante. Il est aussi employé dans certaines grammaires pour signaler qu’une phrase est agrammaticale ou mal construite.

 

Exemples :

 

*gratte. Impropriété au sens de chasse-neige.

- *Vous étiez peu à s’être inscrits à ce concours. (on dirait plutôt : à vous être inscrits)

 

 

On utilise aussi l’astérisque pour indiquer qu’un mot commence par un h aspiré, lequel interdit la liaison et l’élision avec le mot qui le précède. On trouve notamment cette façon de procéder dans le dictionnaire Larousse. D’autres, comme le dictionnaire Robert, représentent le h aspiré par une apostrophe.

 

Exemples :

 

*hameau (Petit Larousse)

- hameau ['amo] (Petit Robert)

 

 

Enfin, l’astérisque est parfois employé devant un mot pour indiquer que cette forme est hypothétique, non attestée dans les dictionnaires, mais qu’elle a été proposée par des linguistes conformément aux règles de la phonétique historique d’une langue.

 

Exemple :

 

- guider, du francique *wîtan

 

 

Pour en connaître davantage sur les différents emplois de ce signe, vous pouvez consulter les articles Astérisque : généralités, Astérisque et appel de note et Astérisque : emplois divers.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles