Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point d'exclamation



Point d'exclamation : généralités

 

Le point d’exclamation apparut en français au XVIe siècle. On l’appela d’abord point admiratif, point exclamatif et finalement point d’exclamation. Les emplois de ce signe de ponctuation sont aujourd’hui bien connus, mais à ses débuts, il fut souvent confondu avec le point d’interrogation. On le place après un mot, une locution ou une phrase exprimant un sentiment tel que la joie, la surprise, l’indignation, l’étonnement, l’ironie, etc. Ainsi, le point d’exclamation est utilisé pour marquer l’intonation particulière de l’énoncé qu’il accompagne, que celui-ci soit une exclamation, une interjection, une interpellation ou un ordre.

 

Exemples :

 

- C’est une excellente histoire! (exclamation)

- Sapristi! (interjection)

- Jacques! Comment vas-tu? (interpellation)

- Marche plus vite! (ordre)

 

 

La fonction du point d’exclamation est surtout intonative, mais d’un point de vue strictement syntaxique, il équivaut soit au point, soit à la virgule. Quand ce signe de ponctuation marque la fin d'une phrase, on le fait suivre de la majuscule; sinon, le mot qui suit prend la minuscule, ce qui est fréquent après une interjection. Par ailleurs, il est à noter qu’aucune espace ne le précède (certains typographes préfèrent mettre une espace fine), tandis qu’une espace sécable doit le suivre.

 

Lorsqu’un point d’exclamation termine la phrase, on ne doit pas mettre un point en plus, puisque le point exclamatif tient lieu de ponctuation de fin de phrase. Il en va de même lorsque le point d’exclamation est mis à la place d’une virgule. Cependant, lorsque le point d’exclamation fait partie d’un titre cité dans la phrase et que ce titre est en italique, souligné ou entre guillemets, on peut mettre une virgule ou un point après le titre afin de bien différencier la ponctuation de la phrase et celle du titre.

 

Exemples :

 

- Quand je lui parle, sacrebleu! il pourrait m’écouter!

- Il espérait la revoir, mais hélas! elle n’est jamais venue.

- Annabelle a terminé la lecture de Salut Galarneau!.

 

 

Il arrive que, pour renforcer l’expression évoquée par le point d’exclamation, on le répète ou on le combine avec le point d’interrogation. On peut également le mettre seul, entre parenthèses, pour marquer l’étonnement du rédacteur ou du narrateur (aucune espace ne le suit alors).

 

Exemples :

 

- Au secours!!!

- Mais qu’est-ce que c’est que ce charabia?!

- L’assassin, après s’être excusé (!), lui a tranché la gorge.

 

 

Le point d’exclamation peut s’employer dans les titres, si le contexte s’y prête.

 

Exemples :

 

- Indemne après une chute de trois étages!

- Les martiens débarquent à Québec!

 

 

Le point d’exclamation est collé au mot qui le précède ou est précédé d’une espace fine si une telle espace est disponible.

 

 

Pour en apprendre davantage sur les différentes fonctions du point d’exclamation, vous pouvez consulter les articles Point d'exclamation et interjection, Point d'exclamation, impératif et apostrophe et Point d'exclamation et phrase exclamative.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles