Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La ponctuation
Les signes de ponctuation > Deux-points



Deux-points : généralités

 

Le deux-points, que l’on nomme aussi les deux-points, les deux points ou plus rarement le double point, est un signe de ponctuation qui existait déjà au XVIe siècle. À cette époque, où on l’appelait comma, il avait une valeur intermédiaire entre la virgule et le point. L’usage du deux-points a évolué pour se spécialiser peu à peu dans ses emplois actuels. Alors qu’au XIXe siècle on le confondait fréquemment avec le point-virgule, aujourd’hui sa valeur ne fait plus de doute : on l’utilise pour introduire un exemple, une définition, une citation, un sous-titre, un discours rapporté, une énumération ou une explication. Le deux-points est essentiellement un signe qui annonce ce qui suit.

 

Exemples :

 

- Il y a plusieurs belles régions à voir au Québec, par exemple : Charlevoix, le Bas-Saint-Laurent, la Mauricie, la Gaspésie…

- Anglicisme : emprunt linguistique à l’anglais.

- Pierre Corneille a écrit : « Chaque instant de la vie est un pas vers la mort.»

- Noms et lieux du Québec : si chaque lieu m’était conté.

- Autrefois, Nicolas disait souvent : « Je n’y arriverai jamais! »

- Il est écrit : « Défense de passer ».

- Pour Noël, Jasmine voudrait : une maison de poupées, des patins et un livre de contes.

- N’oublie pas : si tu y vas, ce sera tant pis pour toi!

- Lorsque André est arrivé, tout le monde riait : on venait d’apprendre sa mésaventure.

 

 

On évite généralement d’employer le deux-points plus d’une fois dans la même phrase, sauf si l’un d’eux introduit une citation ou s’il en fait partie. Une telle répétition risque en effet de rendre la phrase confuse.

 

Par ailleurs, le deux-points doit être précédé d'une espace insécable et suivi d'une espace sécable. On doit le faire suivre d’une minuscule, à moins qu’il n’introduise un nom propre, un titre d’œuvre, une citation, etc., puisque ceux-ci prennent normalement la majuscule.

 

Exemples :

 

- Antoinette aime toutes sortes d’auteurs : Claudel, Kundera, Calvino, etc.

- Napoléon a dit : « On ne monte jamais si haut que quand on ne sait pas où l’on va. »

- Je cherche un film : Les temps modernes, de Charlie Chaplin.

 

 

Le deux-points n’est pas seulement un signe de ponctuation : il sert aussi en mathématiques, comme signe de la division, et en philologie, afin d’indiquer que deux mots riment ensemble.

 

Exemples :

 

- 16 : 2 = 8

- Facilement : aimant

 

 

Pour en apprendre davantage sur les différentes fonctions du deux-points, vous pouvez consulter les articles Deux-points et citation, Deux-points et énumération, Deux-points et explication, Deux-points dans les titres et Deux-points en rédaction administrative ou technique.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles