Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Tours d’horizon et autres explications > Tours d’horizon



À savoir

 

La locution à savoir introduit dans la phrase une explication ou une énumération. Elle est l’équivalent de c'est-à-dire. La variante à savoir que, qui signifie « c’est-à-dire que », introduit toujours une explication et elle est suivie d’un verbe à l’indicatif.

 

Exemples :

 

- Le conférencier aborda le point principal de son exposé, à savoir la qualité de la langue.

- Il manque à cette note deux éléments essentiels, à savoir la date et la signature.

- Le professeur nous fit part de sa proposition, à savoir reporter le projet d’une semaine.

- Elle a rappelé la même consigne, à savoir que tous les membres devaient être présents.

 

La locution à savoir est toujours précédée d’une virgule. Parfois, elle peut également être suivie du deux-points, par exemple devant une longue énumération.

 

Exemples :

 

- Vous aurez besoin de plusieurs ingrédients, à savoir : de la farine, du beurre, du lait, des œufs, du sucre, du sel et du cacao.

- Cette encyclopédie traite de nombreux sujets, à savoir : les mathématiques, la chimie, la physique, la biologie et la philosophie.

 

À savoir précise ce qui vient d’être dit; l’énumération ou l’explication qu’introduit cette locution explicite ce que désigne un nom qui précède. Une erreur fréquente consiste à utiliser cette locution après des verbes comme s’interroger et questionner alors que la phrase ne comporte aucun nom que l’on désire développer.

 

Exemples fautifs :

 

- Joseph s’informera à savoir s’il peut s’inscrire. (mais plutôt : Joseph s’informera pour savoir s’il peut s’inscrire, ou Joseph demandera s’il peut s’inscrire.)

- Le député a questionné le ministre à savoir si ce sujet serait abordé. (mais plutôt : Le député a questionné le ministre pour savoir si ce sujet serait abordé, ou Le député a demandé au ministre si ce sujet serait abordé.)

 

 

La forme abrégée savoir, sans le à initial, est plus familière; on l’utilise rarement de nos jours. Quant à assavoir (par exemple : faites-moi assavoir quand vous arriverez), il s’agit d’une forme vieillie du verbe savoir, que l’on ne doit pas confondre avec l’expression à savoir.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles