Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
L'interrogation



Qu'est-ce que

 

On rencontre parfois, surtout dans la langue parlée, l’emploi fautif de la locution interrogative qu’est-ce que pour introduire une subordonnée interrogative indirecte, c’est-à-dire une question introduite par un verbe comme demander, chercher, savoir. Cet emploi est à éviter, car qu’est-ce que ne peut être utilisé que dans une interrogation directe; cette locution y est le complément direct. Il est en de même pour la locution qu’est-ce qui, qui est sujet dans une phrase interrogative directe.

 

Exemples :

 

Qu’est-ce que tu désires recevoir pour Noël?

Qu’est-ce qui pourrait te rendre plus heureux?

 

Dans une phrase interrogative indirecte, on emploie ce que plutôt que qu’est-ce que, et ce qui plutôt que qu’est-ce qui.

 

Exemples :

 

- Ils savent exactement ce que nous faisons. (et non qu’est-ce que nous faisons)

- On lui a demandé ce qu’elle comptait faire. (et non qu’est-ce qu’elle comptait faire)

- Il veut savoir ce qui l’attend. (et non qu’est-ce qui l’attend)

 

 

Il arrive aussi qu’on rencontre la locution qu’est-ce que dans des phrases exclamatives. Cet emploi relève toutefois de la langue familière; dans un style soutenu, on remplacera cette locution par des formulations plus appropriées.

 

Exemples :

 

Qu’il est frêle, ce nouveau-né! (plutôt que Qu’est-ce qu’il est frêle)

Comme il a fait beau en fin de semaine! (plutôt que Qu’est-ce qu’il a fait beau)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles