Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes morphologiques



Nez à nez

 

En français, l’expression nez à nez signifie avant tout « face à face ». On dira par exemple : Je me suis retrouvé nez à nez avec lui en ouvrant la porte.

 

Mais on entend souvent cette expression utilisée dans un contexte de rivalité pour signifier que deux concurrents ou candidats sont à égalité dans une épreuve, une course ou une élection. Aux États-Unis, des observateurs ont mis en évidence le fait qu’on trouve de nombreux rapprochements entre le vocabulaire utilisé pour décrire des luttes électorales et celui des courses de chevaux. Ainsi, l’expression neck and neck, ou plus marginalement nose to nose, pour signifier que des concurrents sont à égalité, vient du monde des courses. Cette métaphore hippique est bien connue également en français québécois mais elle ne semble pas avoir inspiré les francophones d’Europe.

 

En français, d’autres expressions peuvent rendre la même idée. Outre être à égalité, on peut dire que deux concurrents sont très proches l’un de l’autre, qu’ils se suivent de très près ou qu’ils sont ex æquo, locution adverbiale, donc invariable, qui s’écrit en caractères romains (et non en italique) et que l’on prononce [Egzéko] (ègzéko). On peut aussi avoir recours à une autre métaphore corporelle en disant qu’ils sont au coude-à-coude, que l’on écrit de préférence avec des traits d’union puisqu’il s’agit du nom, alors que la locution adverbiale, par exemple dans être assis coude à coude ou, au figuré, travailler coude à coude, s’écrit sans trait d’union.

 

Exemples :

 

- Les deux candidats sont nez à nez dans les sondages.

- Les sondages donnent les deux candidats nez à nez à une semaine de l’élection.

- Les coureurs étaient nez à nez avant le sprint final.

- Les deux partis sont nez à nez depuis le début de la campagne.

 

On écrira plutôt :

 

- Les deux candidats se suivent de très près dans les sondages.

- Les sondages donnent les deux candidats ex æquo à une semaine de l’élection.

- Les coureurs étaient à égalité avant le sprint final.

- Les deux partis sont au coude-à-coude depuis le début de la campagne.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles