Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Protocole téléphonique



Prendre un message

 

Il arrive que l’on doive suggérer à l’appelant de laisser un message pour un collègue absent ou occupé. Différentes formulations sont possibles.

 

Exemples :

 

– Puis-je prendre un message?

– Puis-je lui faire un message?

– Est-ce que je peux prendre un message?

– Désirez-vous laisser un message?

– Voulez-vous laisser un message?

 

Lorsque l’on prend un message, il faut s’assurer que tous les points notés sont exacts, surtout lorsqu’il s’agit d’une adresse, d’un numéro de téléphone ou d’un appel qui doit avoir lieu à une date ou à une heure précises.

Exemples :

 

– Pouvez-vous me rappeler votre nom? (Dans les cas où la personne s’est déjà nommée.)

– Vous êtes madame*…?

– Qui doit-il demander?

– Pour quelle entreprise travaillez-vous?

– C’est à quel sujet, je vous prie?

– À quel numéro peut-il vous joindre?

– Quel est votre numéro de téléphone?

– Y a-t-il un numéro de poste?

– Quel est l’indicatif régional?

– Est-ce le 450? (La formule Est-ce dans le 450? est de style familier.)

 

On ne doit pas hésiter à demander à la personne d’épeler son nom (mais pas plus de deux fois) si on a un doute sur la graphie du nom.

 

Exemple :

 

– Pouvez-vous m’épeler votre nom, je vous prie?

 

On peut répéter le numéro de téléphone pendant qu’on le note; cela permet à l’interlocuteur de le corriger si on ne l’a pas bien compris.

 

Exemples :

 

– Vous avez bien dit le 418 234-1112?

– Pourriez-vous répéter le numéro, s'il vous plaît?

 

Pour conclure la prise du message, on le reformule afin d’éviter toute erreur, puis on poursuit avec une formule du genre: J’ai bien noté ou encore Je vais lui transmettre votre message dès son retour.

 

*  Puisqu’on transcrit ici une conversation, des propos d’un dialogue, madame s’écrit avec une minuscule initiale, car on n’est pas dans un contexte épistolaire. La majuscule est de mise dans l’appel et la salutation d’une lettre, ou sur une carte d’invitation.

 

 

Il peut être utile de se servir d’un formulaire conçu spécialement pour prendre des messages téléphoniques. Vous en trouverez des exemples en consultant l’article Exemples de formulaire pour message téléphonique.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles