Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Bibliographie et citations > Bibliographie et notices bibliographiques > Généralités sur les notices bibliographiques



Bibliographie

 

On appelle bibliographie une liste descriptive d’ouvrages qui permet l’identification de chacun d’eux. Chaque source figurant dans cette liste est décrite dans une notice, appelée notice bibliographique ou référence bibliographique, qui fournit certains renseignements tels que le nom de l’auteur, le titre, le lieu de publication, la maison d’édition, la date de publication, le nombre de pages, etc. Les références bibliographiques ont surtout leur place dans les rapports et les manuels, ainsi que dans les articles techniques et scientifiques. Elles figurent cependant aussi parfois dans les documents administratifs et commerciaux.

 

La Banque de dépannage linguistique présente les règles essentielles auxquelles les références bibliographiques doivent se conformer dans la section Notices par types de documents. Chaque article de cette section propose des principes de base en matière de présentation des références bibliographiques lorsqu’il s’agit de livres, d’articles, de sites Web, de disques, de photographies, etc. Ces principes sont illustrés par des exemples réels, semi-fictifs ou fictifs.

 

Pour les nombreux cas particuliers qui peuvent se présenter et qu’il est impossible de traiter dans la Banque, on consultera cependant avec profit un ouvrage spécialisé ou un protocole bibliographique plus complet.

 

Cela dit, il n’existe pas de norme unique – nationale ou internationale – qui fasse l’unanimité en matière de présentation des références bibliographiques. Divers protocoles ont cours; certains sont traditionnels, d’autres sont considérés comme plus modernes. Ce qui importe surtout, c’est d’adopter une présentation uniforme et cohérente, adaptée au type de document dont on donne la référence et à celui dans lequel celle-ci figure.

 

La liste des références peut se limiter aux ouvrages cités dans le document, ou encore répertorier tous les ouvrages qu’un auteur a consultés, ou enfin contenir une liste d’ouvrages répertoriés par l’auteur sur tel ou tel sujet. En outre, les références peuvent être commentées (analysées en fonction de leur pertinence) ou annotées.

 

Les sources sont ordonnées selon l’ordre alphabétique des noms d’auteurs et d’auteures. Si plus d’un ouvrage est du même auteur, le classement s’établit par ordre chronologique décroissant. Dans le cas où un même auteur a publié plusieurs documents la même année, on distingue ces documents en juxtaposant une lettre minuscule à l’année. Les références bibliographiques sont rédigées à simple interligne et séparées les unes des autres par un double interligne. La première ligne de la référence est à la marge de gauche, mais la ou les lignes suivantes, le cas échéant, sont renfoncées. La dernière ligne se termine par un point.

 

Si la notice est complétée à l’aide d’ouvrages de référence, l’information doit être présentée entre crochets. Les crochets marquent des interventions attribuables à une autre personne que l’auteur du document source.

 

Exemples :

 

AUDET, Marie. « Comment atteindre l’objectif zéro faute? », Revue québécoise de grammaire, vol. 8, no 4, 2001, p. 35-48.

 

LAVOIE-LABONTÉ, Ginette. « Les subventions : comment s’y retrouver », En avoir pour son argent, vol. 3, no 2, 2003, p. 45-47.

 

RAYMOND, Marc. Grammaire du français, Montréal, Éditions Beauregard, 2011a, 698 p.

 

RAYMOND, Marc. Syntaxe du français, Montréal, Éditions Beauregard, 2011b, 512 p.

 

Dans une bibliographie qui comprend plusieurs genres de documents, il peut être utile de regrouper ceux-ci par catégories, selon les besoins. Par exemple, la première partie peut être destinée aux ouvrages généraux, et la seconde, aux ouvrages spécialisés. Ou encore, une partie pourrait s’intituler bibliographie pour les ouvrages imprimés, et une autre, webographie pour les sources tirées d’Internet. On appelle d’ailleurs filmographie une liste de films; discographie, un répertoire de disques; médiagraphie, une liste constituée d’ouvrages imprimés, électroniques et virtuels.

 

La bibliographie se place en fin de texte, après les annexes, les appendices et avant l’index; elle fait partie des pages annexes, qui sont paginées en chiffres arabes, à la suite du texte principal, et ce, sans interruption. Lorsqu’un ouvrage se compose de plusieurs chapitres portant sur des thèmes particuliers, il peut être utile d’établir une bibliographie générale, placée en fin d’ouvrage, et des bibliographies spécialisées, placées à la fin de chaque chapitre ou à la suite de la bibliographie générale.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter non seulement les articles de la section Notices par types de documents, mais aussi les articles Généralités sur les pages annexes, Éléments de la notice bibliographique, Présentation auteur-date et Formules et abréviations en usage dans les références bibliographiques.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles