Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur la forme des mots



Contrepèterie

 

Une contrepèterie est une expression burlesque, parfois obscène, obtenue après avoir interverti certains sons ou certaines syllabes d’un énoncé. La contrepèterie est à peu près l’équivalent, à l’oral, de ce qu’est l’anagramme à l’écrit. D’ailleurs, tout comme cette dernière, la contrepèterie donne parfois l’impression de révéler le sens caché de l’expression initiale, produisant ainsi un certain effet humoristique.

 

Exemples :

 

- J’ai glissé dans la piscine devenant J’ai pissé dans la glycine;

- Quel champ de coton devenant Quel temps de cochon;

- Ni fin ni cesse devenant Ni sein ni fesse;

- Démocrite et Hippocrate devenant Démocrate et hypocrite;

- Il est si vieux devenant Il est vicieux;

- Les pédagogues ont l’air d’aimer devenant Les démagogues ont l’air pédés.

 

 

Pour en savoir davantage sur l’anagramme, vous pouvez consulter l’article Anagramme.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles