Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Gageure et pari

 

Le nom gageure (dont la prononciation rime avec je jure) et le verbe correspondant gager sont encore bien vivants en français québécois en parlant d'un pari ou de l'action de parier, alors qu'ils sont aujourd'hui sortis de l'usage courant ailleurs dans la francophonie, ayant été évincés par pari et parier.

 

Gager et gageure n'ont pas pour autant complètement disparu. Les dictionnaires les enregistrent avec les marques « littéraire » ou « soutenu ». Gageure désigne une action, un projet dont la réalisation paraît tellement difficile ou insensée qu'elle semble tenir du pari. Dans cet emploi, le nom comporte l'idée de « défi » ou de « tour de force », parfois aussi, lorsque l'on veut insister sur le fait que l'entreprise semble être un défi au bon sens, on pourrait le rapprocher des mots folie ou absurdité.

 

Exemples :

 

- Le gouvernement a réussi la gageure de réduire le fardeau des contribuables de manière sensible avant la fin de son mandat.

- Les jeunes ont pris la gageure de rendre leur école propre et écologique.

- C'est une gageure de tenter de concilier ces deux points de vue diamétralement opposés.

- Ce projet était une gageure mais les gens y ont cru et ont réussi, contre toute attente, à le mener à bien.

 

Quant au verbe gager, outre le sens concret qui s'est conservé au Québec, les dictionnaires ne retiennent dans l'usage moderne que le sens d'« exprimer un avis » ou de « supposer qu'une chose se produira, ou s'est produite », mais sans qu'il y ait d'enjeu comme dans le sens de gageure. Dans cet emploi, gager est suivi de la conjonction que. Il est intéressant de noter qu'il est donné comme littéraire dans ce sens dans la plupart des dictionnaires (parier serait un synonyme plus neutre) alors qu'il est tout à fait courant, sinon familier, au Québec.

 

Exemples :

 

- Gageons qu'il ne se présentera pas le moment venu.

- Je gagerais que tu viens m'emprunter de l'argent… Je me trompe?

- Je gage que tu as déjà accepté sans même me demander mon avis.

 

Pour en savoir plus sur la prononciation de gageure, consultez l'article Gageure.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles