Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Avoir sommeil et s'endormir

 

La locution avoir sommeil et le verbe s’endormir expriment tous les deux l’idée d’« avoir besoin de dormir », mais ils ne sont pas parfaitement synonymes pour autant.

 

La locution avoir sommeil signifie « ressentir une grande envie de dormir », mais n’implique pas nécessairement l’action de dormir. On peut utiliser cette expression, par exemple, lorsque l’on ressent une grande fatigue qui nous plongerait dans le sommeil si on avait la possibilité de dormir.

 

Exemples :

 

- Luc avait sommeil pendant la réunion; il a dû bâiller une dizaine de fois.

- J’ai tellement sommeil que je ne sais pas si je pourrai regarder le film au complet.

- Marie a dû conduire à la place de sa collègue puisqu’elle avait sommeil.

 

 

Le verbe s’endormir signifie plutôt « commencer à dormir, entrer dans le sommeil ». Il est aussi utilisé au sens figuré d’« être moins attentif à ses occupations, faire preuve de négligence ». Enfin, on notera qu’au Québec, dans la langue courante, on emploie aussi ce verbe au sens d’« avoir sommeil ».

 

Exemples :

 

- Nicolas était si fatigué qu’il s’est endormi sans avoir réglé son réveil.

- Il avait sommeil en début de soirée, mais il ne s’est endormi qu’à onze heures. 

- La popularité incite certains acteurs à s’endormir dans la complaisance.

- Quelques minutes après le début de la conférence, j’ai commencé à m’endormir. (ou : j’ai commencé à avoir sommeil).

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles