Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition devant un nom



Prépositions adverbiales

 

Certains mots invariables peuvent être parfois préposition, parfois adverbe. Leur nature dépend de la fonction qu'ils ont dans la phrase.

 

Une préposition a pour fonction d'introduire un complément. Elle établit une relation logique et syntaxique entre deux éléments de la phrase. C'est donc dire qu'une préposition est nécessairement suivie d'un autre mot.

 

Exemples :

 

- J'ai mangé de la fondue avec Marc.

Avant cet accident, tout allait bien.

- Il lui écrit pour l'inviter à son mariage.

 

 

L'adverbe, quant à lui, est souvent lui-même un complément. Il se joint à un verbe, à un adjectif ou à un autre adverbe pour en modifier ou en préciser le sens.

 

Exemples :

 

- Pierre se sent mal parce qu'il a trop mangé.

- Elle est très flattée de cette invitation

- Paul caresse les cheveux de Marie tout doucement.

 

 

Certains mots peuvent s'employer comme adverbe et comme préposition. C'est le cas notamment d'après. Ainsi, lorsque après introduit un complément, il s'agit d'une préposition.

 

Exemples :

 

- Paul viendra nous voir après le spectacle.

Après la pluie vient le beau temps.

 

Toutefois, lorsque après est placé tout à la fin d'une proposition, il n'introduit aucun complément, soit parce que ce complément a été exprimé plus tôt, soit parce qu'on peut le déduire aisément dans le contexte. Après est alors un adverbe.

 

Exemples :

 

- Il n'assistera pas au spectacle, mais il viendra nous voir après.

- Et toi, que feras-tu après?

 

 

Plusieurs prépositions peuvent jouer le rôle d'adverbe dans la langue courante, particulièrement après, avant, contre, depuis, derrière et devant.

 

Exemples :

 

- Je n'étais jamais venue ici avant.

- Jocelyn t'a parlé de son idée? Personnellement, je ne suis pas contre.

- J'ai eu une discussion avec France la semaine dernière, mais je ne lui ai pas parlé depuis.

- Ne regarde pas derrière; quelqu'un nous suit.

- Il n'a pas voulu s'asseoir devant.

 

D'autres prépositions peuvent s'employer comme adverbe uniquement dans la langue familière; on doit donc les éviter dans un style soigné. C'est le cas des prépositions avec, pour, sans, selon et, plus rarement, d'entre et de pendant.

 

Exemples :

 

- Je lui ai donné un livre, mais je ne sais pas ce qu'il a fait avec.

- Marcel aimerait être musicien, mais je crois qu'il n'est pas fait pour.

- Jasmine porte toujours cette bague; je ne l'ai jamais vu sans.

- Parfois il est là, parfois il n'y est pas, c'est selon.

- Elle m'appelle souvent avant que je dîne, mais rarement pendant.

 

On s'assurera donc, dans un style plus soigné, que les prépositions avec, entre, pendant, pour, sans et selon ont un complément. On pourra aussi choisir de formuler la phrase différemment.

                                       

Exemples :

 

- Je lui ai donné un livre, mais je ne sais pas ce qu'il en a fait.

- Marcel aimerait être musicien, mais je crois qu'il n'est pas fait pour cela.

- Jasmine porte toujours cette bague; je ne l'ai jamais vu sans elle.

- Elle m'appelle souvent avant que je dîne, mais rarement pendant mon dîner.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles