Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les pronoms > Pronoms personnels



Pronom d'intérêt

 

On emploie parfois, dans la langue familière, un pronom personnel de première ou de deuxième personne, alors qu'il n'est pas nécessaire au point de vue syntaxique. On appelle ce pronom pronom d'intérêt ou pronom explétif. Les grammairiens parlent aussi de datif éthique pour désigner ce pronom.

 

Le pronom explétif de première personne exprime l'intérêt ou l'importance que le locuteur accorde à l'action exprimée par le verbe. Le locuteur peut être touché directement ou indirectement par l'action ou par ses conséquences.

 

Exemples :

 

- Mon fils va encore me faire une crise d'asthme.

- Va me ranger ta chambre!

- Qu'on m'envoie ce bandit en prison!

- Mettez-moi cet incompétent à la porte.

- Regarde-moi ça, le beau camion!

 

 

Dans d'autres contextes, le pronom explétif de deuxième personne invite l'interlocuteur à porter un intérêt particulier à l'action exprimée par le verbe. Il marque là aussi l'intérêt que le locuteur porte à l'action.

 

Exemples :

 

- Il courait vite, mais je te l'ai rattrapé en moins de deux.

- Je te l'ai giflé si fort qu'il est tombé par terre!

- Je vous ai tellement insulté cet homme qu'il est parti avant d'avoir terminé son repas.

 

 

La fonction grammaticale du pronom d'intérêt pose problème. Certains grammairiens le considèrent comme un complément indirect puisque la forme du pronom est celle des pronoms objets (me, moi, te, vous). D'autres affirment qu'il n'a aucune fonction grammaticale définie; en effet, on ne peut mettre le pronom en relation logique avec le verbe. Enfin, d'autres grammairiens s'en tirent en disant qu'il s'agit d'un complément d'intérêt.

 

En fait, le rôle de ces pronoms est davantage énonciatif que grammatical. Ils n'apportent rien au sens de la phrase, à ce qui est dit dans la phrase, ce que font les mots ayant une fonction syntaxique. Mais ils marquent bien l'implication personnelle du locuteur par rapport à ce qu'il dit, à ce qui est énoncé dans la phrase.

 

 

Comme ce type de tournure est réservé à la langue familière, on évitera les pronoms explétifs dans la langue soutenue.

 

Exemples :

 

- Mon fils va encore faire une crise d'asthme.

- Il courait vite, mais je l'ai rattrapé en moins de deux.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles