Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Acceptation et acception

 

On confond parfois acceptation et acception. La confusion entre ces deux noms s’explique par la similitude des formes, mais aussi par le fait que les deux noms ont pu désigner, à époque ancienne, l’action d’accepter. À partir du XVIIe siècle, acception a pris le sens qu’on lui connaît aujourd’hui et s’est distingué de acceptation.

 

Le nom acceptation signifie « action ou fait d’accepter quelque chose ». On peut le rapprocher de noms tels que approbation, consentement, acquiescement, accord. Dans certains contextes, acceptation peut signifier l’action ou le fait d’accepter avec résignation, sans révolte. Il prend un sens particulier dans le vocabulaire du droit où il désigne un consentement formel.

 

Exemples :

 

- Les vendeurs ont confirmé l’acceptation de l’offre.

- Dès l’annonce de l’acceptation du projet, le calendrier de mise en œuvre sera établi.

- L’acceptation de la mort représente une étape difficile du deuil.

- L’acceptation des règles est nécessaire à la réinsertion sociale des jeunes délinquants.

- L’acceptation est une forme de renoncement.

- L’acceptation de toutes les parties est obligatoire.

 

Le nom acception signifie « sens, signification d’un mot ». S’il est souvent employé comme synonyme de sens, il s’en distingue parfois par le fait qu’on emploie acception pour parler plus particulièrement du sens que prend un mot dans un contexte particulier, contrairement à sens qui ne fait référence qu’au contenu sémantique du mot.

 

Exemples :

 

- Ce verbe peut avoir plusieurs acceptions.

- Ce terme dans son acception la plus usuelle est connu de tous.

- L’adjectif fin connaît diverses acceptions selon le contexte.

 

La locution dans toute l’acception du mot ou du terme s’utilise lorsqu’on veut insister sur le fait que le mot en question est bien celui qui convient et qu’il doit être compris dans son sens le plus fort.

 

Exemples :

 

- Ce qu’ils ont réussi à faire est un prodige dans toute l’acception du mot.

- Ce film se révèle un chef d’œuvre dans toute l’acception du terme.

 

Il faut enfin prendre garde de confondre acception et exception dans la locution sans acception de qui signifie « sans tenir compte de, sans préférence pour ». La locution sans exception n’est généralement pas suivie de la préposition de.

 

Exemples :

 

- Toutes les personnes, sans exception, peuvent recourir à ce service.

- Tout au long de sa vie, elle a apporté son aide à tous les défavorisés sans exception.

 

Par contre, on écrira :

 

- Le service est offert aux hommes comme aux femmes, aux riches comme aux pauvres, sans acception de sexe ou de fortune. (et non : sans exception de)

- Tout au long de sa vie, elle a apporté son aide aux défavorisés sans acception d’origine ni de religion. (et non : sans exception de)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles