Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les pronoms > Pronoms relatifs



Dont

 

Dont est sans doute le pronom relatif dont l’emploi est le plus délicat. Pour l’utiliser correctement, on doit savoir que dont « cache » toujours la préposition de; dont équivaut à de qui, de quoi, duquel, etc. Ce lien entre dont et de remonte à l’origine latine de dont, qui est de unde « d’où ».

 

 

Comme pronom, dont remplace toujours un nom, qu’on appelle l’antécédent.

 

Exemples :

 

- C’est l’auteure dont je t’ai parlé. (dont remplace auteure; je t’ai parlé de l’auteure)

- Il a téléphoné au consultant dont je lui ai donné le nom. (dont remplace consultant; le nom du consultant)

- Elle a reçu un prix pour ce film dont elle est si fière. (dont remplace film; elle est si fière de ce film)

 

 

L’existence de la préposition de « cachée » dans dont impose certaines contraintes dans l’emploi de ce pronom. Il faut en effet éviter d’utiliser dont lorsque l’antécédent, c’est-à-dire le nom que remplace dont et qui le précède immédiatement, est lui-même déjà lié à la préposition de. On distingue ainsi trois cas de redondance de de avec l’emploi de dont.

 

 

Une première erreur est d’employer dont avec un antécédent précédé de la préposition de. C’est le cas notamment dans une proposition principale qui commence par C’est lorsque la subordonnée est introduite par dont.

 

Exemple :

 

- C’est de cette voiture dont j’ai envie.

 

Pour éviter le pléonasme, si on emploie la préposition de devant l’antécédent dans la proposition principale, on emploie le pronom relatif que ensuite dans la subordonnée, et non pas dont. On peut aussi, tout simplement, enlever le de.

 

Exemples :

 

- C’est de cette voiture que j’ai envie.

- C’est cette voiture dont j’ai envie.

 

 

Une autre erreur consiste à employer un déterminant possessif dans la subordonnée relative introduite par dont; il y a redondance, car ce déterminant implique lui aussi un de (sa maison = la maison de Marie).

 

Exemples :

 

- J’ai parlé à ce psychologue dont tu connais sa sœur.

- Voilà un ouvrage dont sa qualité typographique est remarquable.

 

L’emploi de l’article défini (le, la, les) plutôt que du déterminant possessif permet d’éviter la redondance.

 

Exemples :

 

- J’ai parlé à ce psychologue dont tu connais la sœur.

- Voilà un ouvrage dont la qualité typographique est remarquable.

 

 

Enfin, dans la subordonnée relative, il faut éviter d’employer dont avec un complément introduit avec la préposition de ou avec le pronom en, qui « cache » toujours un de (cette promotion, il en est heureux = il est heureux de cette promotion). Il faut aussi éviter d’employer dont avec un complément introduit par la préposition sur.

 

Exemples :

 

- Elle m’a soumis cette question, dont je doute de l’importance.

- Le ministre dont j’avais écrit le texte de l’allocution a été retenu à Québec.

- Il m’a vanté cet ordinateur dont il en est très satisfait.

- Les membres du comité, dont j’en connais la plupart, viennent des régions.

- L’entreprise dont cette promotion figure sur le site est établie à Montréal.

 

On écrira plutôt :

 

- Elle m’a soumis cette question, de l’importance de laquelle je doute.

- Le ministre de l’allocution duquel (ou de qui) j’avais écrit le texte a été retenu à Québec.

- Il m’a vanté cet ordinateur dont il est très satisfait.

- Les membres du comité, dont je connais la plupart, viennent des régions.

- L’entreprise sur le site de laquelle figure cette promotion est établie à Montréal.

 

 

En tout temps, lorsqu’on emploie dont, on doit veiller à respecter la correction syntaxique de toute la phrase.

 

Exemples :

 

- J’aimerais bien savoir ce dont il s’agit. (et non pas : ce qu’il s’agit)

- Avez-vous les documents dont nous avons besoin? (et non pas : que nous avons besoin, ni : que nous avons de besoin)

- Précisez-nous ce dont vous avez besoin. (et non pas : ce que vous avez besoin, ni : ce que vous avez de besoin)

- D’après la façon dont la situation a été décrite, il y a lieu de s’inquiéter. (et non pas : la façon que)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles