Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Enjoindre

 

Le verbe enjoindre qui signifie « ordonner, prescrire formellement » est un verbe transitif indirect, c’est-à-dire qu’il se construit avec un complément d’objet introduit par une préposition (enjoindre à quelqu’un de faire quelque chose). La construction directe (enjoindre quelqu’un de faire quelque chose) n’est pas acceptée par les grammairiens et lexicographes, bien qu’on l’observe dans l’usage.

 

Employé à un temps composé, enjoindre se conjugue avec l’auxiliaire avoir. Le participe passé de ce verbe restera alors invariable puisqu’il n’y a pas de complément direct.

 

Exemples :

 

- La Cour a enjoint au syndicat de cesser ses moyens de pression. (et non : a enjoint le syndicat)

- Le président a écrit au directeur pour lui enjoindre de régler la question. (et non : l’enjoindre)

- Un avis a été envoyé aux dirigeants de la compagnie leur enjoignant de respecter les règlements municipaux. (et non : les enjoignant)

- Les policiers nous avaient enjoint d’arrêter la voiture sur-le-champ. (et non avaient enjoints puisque le pronom nous est complément indirect)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles